Notices du Dictionnaire Ronsard : « Humilité », « Immortalité » et « Orgueil » [2015]

Humilité

Même si R. fait valoir la « modestie de [son] naturel » (XII, 3), il rompt en général avec l’humilité propre à la plupart de ses devanciers. Certes, dans son rapport à Dieu, il peut faire preuve d’une humilité toute chrétienne. Mais en matière de poésie et dans ses relations sociales, il affirme plus volontiers sa grandeur. Celui qui revendique la suprématie poétique dès son premier recueil, qui se dresse avec superbe devant ses mécènes ne peut qu’ironiquement être qualifié d’« humble entre les bergiers » (Mellin de Saint-Gelais, Sonnets, éd. L. Zilli, 45), même lorsqu’il opte pour une Muse basse dans le Bocage (VI).

Au-delà d’un trait de caractère, il faut sans doute voir là une posture et une stratégie que R. contribue à introduire. Elle sont étroitement liées aux transformations de la Cour de France au milieu du siècle. Les auteurs sollicitant la faveur de François Ier pouvaient souligner leur infériorité à l’égard d’un Prince qui aimait et pratiquait lui-même la poésie. Mettre l’accent sur sa petitesse était vertueux et sans risque réel sur le plan social. Mais lorsque R. publie son premier recueil, au début du règne d’Henri II, le contexte est différent. Pour se faire entendre et remarquer d’un roi moins sensible que son père à la poésie, l’humilité n’est plus de mise. Supplier n’engendre plus aussi facilement qu’autrefois la protection attendue. R. le comprend. Si ses premières pièces adressées aux Grands (I, 9-35) conservent quelques traces de l’humilité traditionnelle, il les efface bien vite. Il adopte alors la stratégie opposée, mettant en scène sa grandeur, parfois avec agressivité.

Renvois

Orgueil.

Bibliographie

M. Dassonville, R. étude historique et littéraire I, Genève, 1968, 17 ; La Supplication, discours et représentations, dir. P. Bruley, S. Dufief et L. Marchal-Albert, Angers, à paraître [NB. Rennes, PU Rennes, Interférences, 2015].


Immortalité

Très tôt, R. défend l’idée que la poésie érige des monuments plus durables que ceux des architectes. L’éloge et l’inscription des noms dans les vers immortalisent le poète aussi bien que ses destinataires. La Muse « engrav[e]/ Dans l’immortel du temple de Memoyre » (IV, 172, 13-14) le talent d’un artiste, les hauts faits d’un prince ou l’évanescence d’un soupir amoureux. Le poème perpétue des hommes « la part qui est meilleure » (II, 152, 8), les fait « voler tout vif par l’univers » (II, 152, 10). Il les fait échapper au « cruel destin » (XIII, 183, 23) de la finitude en les rendant malgré tout « Contre la mort immortel[s] » (XIII, 182, 3).

L’idée, héritée des Anciens et abondamment reprise dans la poésie française avant R., n’est pas neuve. Le poète contribue pourtant à en redessiner les contours et les enjeux. Il est l’un des premiers, après Dolet et de façon plus systématique que lui, à exercer un chantage à l’immortalité. Aux mécènes récalcitrants, le poète rappelle crûment qu’ils doivent lui accorder ce qu’il demande, sous peine de sombrer dans l’oubli. L’argument vaut aussi en amour.

Le motif de l’immortalité implique un travail sur le temps : R. remodèle souvent la linéarité chronologique de la vie. Il dépasse la contingence pour tendre vers l’universalité. Présent, passé, futur se réagencent dans l’écriture pour aboutir à cette paradoxale leçon : si l’on veut durer jusqu’à la fin des temps, il faut profiter de l’instant présent.

La position de R. sur l’immortalité n’est pourtant pas univoque. L’Élégie à Desportes (XVIII-1, 247-252), publiée posthume, expose ainsi le problème sous un angle métaphysique qui fragilise le point de vue généralement adopté par le poète. L’âme d’un défunt, privée des sensations du corps, ne peut se réjouir de l’accueil que la postérité réserve à ses œuvres : peut-on dans ces conditions considérer que l’immortalité poétique existe ? R. affirme alors que « Dieu seul est éternel » (XVIII-1, 247, 5) et que, pour les mortels, l’éternité « n’est rien que fumée et pure vanité » (XVIII-1, 249, 40).

Renvois

Gloire ; Mort ; Poésie ; Temps.

Bibliographie

I. Silver, « R.’s Ethical Thought », BHR, XXIV, 1962, 88-117 ; A. Gendre, R. poète de la conquête amoureuse, Genève, 1970, 433-480 ; U. Langer, « L’Élégie à Philippe Desportes Chartrain et le problème de la succession », Études ronsardiennes, dir. Y. Bellenger, Genève, 1988, 73-80 ; D. Duport, « “De l’élection de son sépulcre” (IV,5) », Lire les Odes de R., dir. D. Bertrand, Clermont-Ferrand, 2002, 205-218 ; A. Frisch, « Les Discours de Pierre de R.: une poétique de l’oubli ? », Tangence, n° 87, 2008, 47-61.


Orgueil

Péché capital, la notion d’orgueil est employée par R. contre ses adversaires, par exemple dans les Discours composés durant les premières guerres civiles (XI). Pour le défenseur du camp catholique, les huguenots sont orgueilleux lorsqu’ils prétendent connaître les impénétrables desseins divins et remettent en cause l’ordre établi.

Mais l’attaque peut se renverser. Dès les Odes de 1550 (I-III), R. adopte une posture pleine de morgue. Ses ennemis ne manquent pas de le noter. Ils moquent aussi l’orgueil dont témoigne la métaphore de la Pléiade employée dans l’« Élégie à Ch. de Choiseul » (VIII. 354, 46). Plus généralement, à l’instar de F. de la Baronie, alias Florent Chrestien, dans sa Seconde Responce, les huguenots considèrent que R. est « enyvré d’orgueil » (XII, 4, note 3).

Par un renversement dont R. est coutumier, ce qui est a priori négatif devient positif : son orgueil n’est pas « vanterie » (XII, 4). Il est doublement fondé, par la noblesse de sang qu’il revendique d’abord, par sa suprématie sur le plan poétique ensuite. Cet orgueil assumé et revalorisé s’inscrit alors dans une posture d’affirmation de soi – par rapport à ses adversaires mais aussi à ses amis et néanmoins rivaux – qui contraste avec l’humilité traditionnellement adoptée par les poètes de la génération précédente.

Renvois

Détracteurs de R. ; Gloire ; Humilité ; Noblesse ; Pamphlets protestants ; Pléiade.

Bibliographie

R. Lebègue, « Les concurrences poétiques au XVIe siècle, R., Du Bellay, Baïf », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 102e année, n° 4, 1958, 339-345 ; M. Dassonville, R. étude historique et littéraire I, Genève, 1968, 17; D. Ménager, R. : le Roi, le Poète et les Hommes, Genève, 1979, 52 ; T. Berriet, « Le prix du don: de l’éloge au blâme chez Pierre de R. », COnTEXTES, 2009, np.


À propos de ces notices : 

Ces textes sont initialement parus dans le Dictionnaire de Pierre de Ronsard, dir. F. Rouget, Paris, Champion, 2015. Le nom de Ronsard est systématiquement abrégé en R. ; les références à ses œuvres sont données dans l’édition Laumonier (STFM) : le chiffre romain indique le numéro de volume, les chiffres arabes la page puis, éventuellement, les numéros de vers.

Image à la Une :
Bois illustrant Jean de Vauzelles, Imagines mortis, Cologne, Arnold Birckmann, 1555 (source : CESR – Digibook – 2006).


Pour citer cet article : Claire Sicard, "Notices du Dictionnaire Ronsard : « Humilité », « Immortalité » et « Orgueil » [2015]," Le Marquetis de Claire Sicard, 3 août 2021, https://clairesicard.hypotheses.org/864, article consulté le 24 septembre 2021.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search