Du Bellay, Les Regrets, Les Antiquités de Rome, Le Songe


Agrégation 2022. Préparation Tours-Orléans-Poitiers.

[dernière mise à jour : 19 août 2021]

Plan de la page

I. Conseils de travail pour le printemps et l’été


Préalable : entrer dans les textes
  • Acquérir et lire, crayon en main, l’édition au programme : Joachim Du Bellay, Les Regrets, Le Songe, Les Antiquités de Rome, édition de François Roudaut, Le Livre de Poche, « Les Classiques de Poche », n° 16107, 2002.
  • SOS sens littéral : dans le cas où vous ne parviendriez pas à résoudre par vous-même les difficultés de compréhension que posent les textes (en utilisant des grammaires du Moyen français et des dictionnaires – voir ci-dessous le chapitre « Langue française du XVIe siècle »), noter très précisément tout ce que vous ne comprenez pas afin que nous profitions des premières séances pour régler ces problèmes de compréhension immédiate.
  • Lister (pour l’heure en vrac) les thèmes et motifs récurrents dans les trois recueils, en vous demandant par exemple ce qui pourrait fournir des sujets de leçon à l’agrégation.
  • Repérer quelques sonnets des trois recueils qui vous paraissent importants et pourraient selon vous fournir des entrées variées dans le corpus d’étude : préparer leurs explications de texte (sans limite de temps pour commencer – mais sans passer non plus une semaine sur un sonnet).
  • Tâcher de mettre au jour les différents modes d’organisation des recueils, pour prendre une vue haute sur l’ensemble du programme et mieux comprendre les éléments de structuration à l’œuvre au niveau macro-structurel. Attention, il ne saurait y avoir « un plan » unique pour chaque recueil : plusieurs éléments concurrents de structuration  peuvent se superposer et, selon l’entrée que l’on privilégie, on peut avoir une image différente des recueils (c’est justement ce qui est intéressant). À ce stade, il importe de mettre à plat chacune, sans en privilégier une au détriment des autres, pour avoir une idée claire  de ce qui se joue sur le plan de la composition des recueils. Vous pouvez également, en faisant ce travail, réfléchir à des groupements de sonnets pertinents qui pourraient donner lieu à l’oral du concours à des études littéraires.
  • Autre piste de travail possible : il paraît utile pour comprendre les recueils au programme, s’y repérer et au bout du compte se les approprier de « suivre les mots », c’est-à-dire de repérer un certain nombre de termes qui vous paraissent importants et qui se répètent d’un sonnet à l’autre, afin d’essayer d’en déterminer les parcours, les constantes mais aussi les variations d’usage. Pour effectuer ce travail, vous pouvez utiliser un simple répertoire. Mais si vous savez vous servir d’un tableur, type excel, il peut être commode de consacrer un fichier au relevé de ces mots clés (une colonne pour noter la référence du sonnet, une autre pour les mots clés et une ligne pour chaque mot relevé dans un sonnet) : en programmant un filtre (sélection de la première ligne du classeur | onglet « Données » | choix « Filtre automatique »), il sera très simple, au moment de préparer une leçon ou un paragraphe de dissertation par exemple, de vérifier dans quels sonnets se trouve tel ou tel mot (clic sur la petite flèche pointant vers le bas dans la case des mots clés, puis sélection du mot recherché dans le menu déroulant proposé) et de se constituer ainsi des corpus signifiants dans les œuvres. Cela vous permettra également de mettre en place des parcours de lectures, par massifs de textes se faisant écho du fait de ces liens lexicaux. Ce faisant, vous varierez votre approche, sortirez de la linéarité de votre lecture initiale, et pourrez approfondir votre compréhension des enjeux et du sens des œuvres au programme.

Retour en haut de la page


Pour préciser l’approche littéraire, quelques lectures complémentaires

Attention, ces ressources doivent seulement être utilisées comme des outils secondaires : ce qui doit primer, c’est votre connaissance intime, précise et juste des œuvres. Ces lectures critiques, comme d’ailleurs le cours, doivent simplement être pour vous des auxiliaires propres à mettre en lumière des aspects importants du programme, à vous indiquer des directions de travail fructueuses ou au contraire vous mettre en garde contre des impasses. Elles ne sauraient remplacer ni votre lecture personnelle des textes et ni votre réflexion sur le corpus soumis à l’étude.

La liste d’ouvrages et d’articles ci-dessous restera volontairement limitée à une poignée de titres mais elle sera tout de même complétée au fil de l’été et de l’avancée de la préparation du cours. Préférez-les à diverses synthèses plus ou moins bien informées que l’on peut trouver en ligne, mais aussi à certaines autres publications, y compris plus récentes, qui ne sont pas toujours du niveau de l’agrégation ou tout au moins aussi pertinentes que celles-ci. 

Retour en haut de la page

Généralités et contexte

Retour en haut de la page

Sur Du Bellay

  • Argod-Dutard Françoise, L’Écriture de Joachim Du Bellay. Le discours poétique dans Les Regrets  ; L’orthographe et la syntaxe dans les lettres de l’auteur, Genève, Droz, 2002.
  • Bizer Marc, « What’s in a Name ? Biography vs. Wordplay in Du Bellay’s Regrets », The New Biographical Criticism, 2004, vol. 9, p. 99-109.
  • Chamard Henri, Joachim Du Bellay. 1522-1560, Genève, Slatkine Reprints, 1978 (Réimpression de l’édition Lille, Le Bigot frères, 1900). [L’ouvrage étant très ancien, il faut bien sûr en user avec précaution et l’éclairer par des références plus récentes. Il reste toutefois utile].
  • Demerson Guy, « Le Songe de J. Du Bellay et le sens des recueils romains », Le Songe à la Renaissance, Charpentier Françoise (dir.), Saint-Étienne, PU Saint-Étienne, 1990, p. 169-178.
  • Gadoffre Gilbert, Du Bellay et le sacré, Paris, Gallimard, 1995 [1978]. [Même s’il est ancien, cet ouvrage important, notamment sur la question du gallicanisme de Du Bellay et pour la réévaluation de la lecture de Henri Chamard qui campe un Du Bellay essentiellement élégiaque. Gadoffre, pour sa part, montre que la dimension polémique et mordante est importante. Si vous ne pouvez pas vous procurer cet essai dès cet été, mais que vous disposez déjà d’une adresse de l’université, vous pouvez au moins consulter en ligne les trois articles préparatoires aux chapitres 2 à 4 de l’ouvrage, dont les références suivent et dont l’accès complet est permis par les abonnements de la BU de Tours :
  • Gray Floyd, La Poétique de Du Bellay, Saint-Genouph, Nizet, 2007 (1978), chapitres III à V. [Une référence classique sur le sujet, quoique très marquée par les méthodes d’analyse des années 1970. Il faut connaître cet ouvrage, qui peut fournir des sujets de dissertation, sans forcément en suivre aveuglement les conclusions.]
  • Monferran Jean-Charles, « Pierre, barbier de Rome ? Ou comment lire les papiers-journaux des Regrets de Du Bellay ? », La Muse de l’éphémère. Formes de la poésie de circonstance de l’Antiquité à la Renaissance, Delattre Aurélie et Lionetto Adeline (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 75-85. [L’article est accessible dans son intégralité via l’ENT de l’Université de Tours, en passant par l’application « Bibliothèque »].
  • Rieu Josiane, L’Esthétique de Du Bellay, Paris, SEDES, 1995. [À consulter en bibliothèque car épuisé. Malgré cette difficulté d’accès, le jeu en vaut la chandelle : l’ouvrage propose des synthèses très claires sur certaines notions capitales pour bien comprendre la poésie du milieu du XVIe siècle et offre des pistes de lecture très intéressantes. Il s’achève en outre sur une anthologie qui permet d’avoir un rapide aperçu de l’œuvre de Du Bellay, en dehors des recueils au programme, ce qui est utile].
  • Saulnier Verdun-Léon, Du Bellay. L’homme et l’œuvre, Paris, Boivin et Cie, coll. « Connaissances des Lettres, 1951. [À consulter en bibliothèque car épuisé. La perspective est évidemment datée et il faut en avoir conscience pour trier ce que l’on peut ou ne peut pas retenir, mais Saulnier est un grand seiziémiste, savant et stimulant : la lecture de cette petite synthèse reste donc éclairante malgré tout]
  • Tucker George Hugo, Les Regrets et autres œuvres poëtiques de Joachim Du Bellay, Paris, Gallimard, « Foliothèque », n° 84, 2000. [À consulter en bibliothèque car épuisé. G. H. Tucker est sans doute le plus grand spécialiste actuel de la poésie de Du Bellay. Cet ouvrage, plustôt destiné a priori au public scolaire visé par la collection « Foiliothèque », présente en réalité une excellente synthèse des enjeux du recueil des Regrets. On y trouve également un dossier et des annexes très utiles pour la préparation du concours. N’hésitez donc pas à le lire et à le ficher si vous parvenez à vous le procurer – on peut espérer que le programme d’agrégation poussera l’éditeur à en reproposer un nouveau tirage et, si ce n’est pas le cas, je vous en fournirai une version pdf à la rentrée].
  • Tucker George Hugo, The Poet’s Odyssey. Joachim Du Bellay and the Antiquitez de Rome, Oxford, Clarendon Press, 1990. [À consulter en bibliothèque. L’ouvrage est certes en anglais mais il s’agit de la publication de la thèse de G.H. Tucker, consacrée aux Antiquités].
  • Vignes Jean, « Deux études sur la structure des Regrets. I. Le mouvement du sonnet, essai de typologie », Du Bellay et ses sonnets romains, Bellenger Yvonne (dir.), Paris, Champion, « Unichamp », 1994, p. 87-106 et « II. La composition du recueil, ou la fureur perdue et retrouvée », p. 107-136. [A consulter en bibliothèque car épuisé. Une copie de cet article en deux volets vous sera fournie sur Célène à la rentrée].

Retour en haut de la page

De Du Bellay

Vous aurez profit à feuilleter également d’autres œuvres ou extraits d’œuvres de notre auteur. Voici celles que je vous conseille de parcourir en priorité :

  • Pour bien mesurer l’évolution poétique et esthétique de Du Bellay en l’espace de 10 ans, il est utile de connaître les ouvrages des débuts, c’est-à-dire :
    • La Deffence et Illustration de la Langue françoyse, 1549-50 (que nous abrègerons désormais en DILF) [Si vous le pouvez, je vous conseille de consulter cet ouvrage majeur, qui signe l’entrée de Du Bellay sur la scène littéraire de son temps, dans l’excellente édition de Jean-Charles Monferran, Genève, Droz, 2007 (avec L’Olive) ou 2008 (réédition de la DILF seule, avec un dossier critique, spécialement pour l’agrégation, chez le même éditeur). À défaut, vous pouvez en parcourir le texte dans cette édition du XIXe siècle, procurée par Léon Séché, numérisée sur Gallica (ne vous fiez toutefois pas trop à l’apparat critique), voire, si vous avez cette curiosité, dans l’édition princeps].
    • L’Olive, 1549-50 [Il s’agit du premier recueil de sonnets que publie Du Bellay à la suite de la DILF. Consultez-le prioritairement dans l’édition Monferran, 2007 déjà mentionnée ou dans une autre bonne édition du commerce (par exemple celle de Daniel Aris et de Françoise Joukovsky, Œuvres poétiques, t. I, chez Classiques Garnier, 2009 accessible par le biais des abonnements de la BU de Tours avec vos identifiants d’étudiants) ou, sinon, en ligne. Le recueil a connu deux éditions successives, la première ne comportait que 50 sonnets, puis quelques mois plus tard est parue une version augmentée – 115 sonnets – en 1550, dont le texte est également disponible directement sur Wikipédia].
  • Il est également bon de lire les deux autres recueils composés à Rome en paralléle de ceux que nous étudions cette année, et également oubliés en 1558, à savoir :

Retour en haut de la page

Éléments de cours en ligne

  • Sur le site Philo-Lettres de Michèle Tillard :
  • Le même site propose un cours sur Du Bellay qui a dû être donné aux élèves de classes préparatoires qui ont planché l’an passé sur Les Regrets. [Ce lien conduit à une présentation biographique et bibliographique. Il faut cliquer sur le titre des Regrets pour accéder au cours proprement dit].

Retour en haut de la page

Langue française du XVIe siècle
  • Fragonard Marie-Madeleine et Kotler Éliane, Introduction à la langue du XVIe siècle, Paris, Nathan, 1994.
  • Huchon Mireille, Le français de la Renaissance, Paris, PUF, « Que sais-je », 1998.
  • Lardon Sabine et Thomine Marie-Claire, Grammaire du français de la Renaissance. Étude morphosyntaxique, Paris, Classiques Garnier, 2009. [Consultable gratuitement en ligne par le biais de la BU de Tours]
  • Marchello-Nizia Christiane, La langue française aux XIVe et XVe siècles, Paris, Nathan, 1997.

Usuels – Dictionnaires en ligne

Retour en haut de la page


Un outil de travail pour toute l’année : la bibliographie d’agrégation de la SFDES
La traditionnelle bibliographie dite « d’agrégation » de la SFDES sur le programme de littérature française du XVIe siècle qui, tous les ans, fait le point sur les publications concernant ces œuvres (certes pour les candidats mais aussi pour les préparateurs et les chercheurs travaillant sur ces œuvres – d’où son volume peu adapté au rythme d’un agrégatif) a été présentée le 19 juin 2021. Cette année, elle est livrée sous la forme habituelle d’un fichier texte mais aussi d’une bibliographie en ligne sur Zotero. Les recherches peuvent se faire de plusieurs façons :
  • par simple moteur de recherche (encart en haut à droite – pour des recherches plus avancées, il faut installer sur son poste un « client » zotero) ;
  • par classement (ordre croissant ou décroissant) du contenu de chaque colonne que l’on a choisi d’afficher en cliquant sur la petite icône du menu représentant un tableau (« column selector« ), par exemple nom d’auteur, titre d’article, titre d’ouvrage, date etc. ;
  • par la consultation du contenu des « collections » (sortes de dossiers dans la colonne de gauche) :
    • les trois premières sont identiques aux parties et sous-parties organisant la bibliographie « papier »,
    • une quatrième, « Dans le détail des recueils », offre un dossier par pièce poétique et permet de trouver les articles qui consacrent une page au moins à tel ou tel sonnet ou liminaire ;
  • enfin on peut aussi chercher par mots clés (bas de la colonne de gauche) : noms propres, thèmes, motifs, type d’approche etc.
Les notices (colonne de droite) contiennent, chaque fois que c’est possible, un lien vers l’article ou le livre numérisé (selon les plateformes, l’accès peut être libre ou soumis à des abonnements que souscrivent en général les bibliothèques universitaires. En ce cas, pour lire intégralement le texte il faudra modifier un peu le lien dans son navigateur pour l’adapter à celui qui correspond à sa bibliothèque de rattachement). Des données supplémentaires enrichissent parfois les notices (voir le menu en haut de la colonne de droite, selon les cas « note« , « attachments« , « related« ) : il peut s’agir de résumés, de liens vers d’autres entrées de la bibliographie (par exemple vers un article qui constitue une réponse à celui que l’on consulte) ou vers des compte-rendus lisibles en ligne. Un mode d’emploi détaillé de cette bibliothèque partagée est disponible ici.
En espérant que ce document vous soit utile, bonnes lectures et bon travail à tous !

Retour en haut de la page


Pour citer cet article : Claire Sicard, "Du Bellay, Les Regrets, Les Antiquités de Rome, Le Songe," Le Marquetis de Claire Sicard, 24 avril 2021, https://clairesicard.hypotheses.org/743, article consulté le 24 septembre 2021.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search