Plan détaillé de commentaire. Laforgue, “La Cigarette” [2007]

Texte (proposé au bac L en 2002)

UN SONNET AVEC LA MANIERE DE S’EN SERVIR
Réglons notre papier et formons bien nos lettres

Vers filés à la main et d’un pied uniforme,
Emboîtant bien le pas, par quatre en peloton ;
Qu’en marquant la césure, un des quatre s’endorme…
Ça peut dormir debout comme soldats de plomb.

Sur le railway du Pindeest la ligne, la forme ;
Aux fils du télégraphe ; – on en suit quatre, en long ;
A chaque pieu, la rime – exemple : chloroforme.
– Chaque vers est un fil, et la rime un jalon.

– Télégramme sacré – 20 mots. – Vite à mon aide…
(Sonnet – c’est un sonnet -) ô Muse d’Archimède2
– La preuve d’un sonnet est par l’addition :

– Je pose 4 et 4 = 8 ! Alors je procède,
En posant 3 et 3 ! Tenons Pégaseraide :
“O lyre ! O délire : O…” – Sonnet – Attention !


1. Pinde : montagne grecque ; dans l’antiquité, dédiée à Apollon (dieu de la musique et de la poésie) et aux Muses.
2. Archimède : savant grec (mathématicien et physicien) du IIIe s. av. J-C.
3. Pégase : cheval ailé d’origine divine dans la mythologie grecque, souvent associé à l’activité poétique.


Problématique : Il s’agira de montrer comment dans ce sonnet Laforgue met en place l’image d’un poète nonchalant et bienheureux malgré l’angoisse universelle liée à la condition humaine. En effet, le poète fumant sa cigarette dans un état de rêverie poétique et extatique se démarque du commun des mortels et le poème suit les étapes de sa profonde transformation.

I. L’angoisse de la mort : une triste condition humaine à dépasser

  1. Des désignations péjoratives et/ ou ternes pour qualifier la réalité triviale du monde

« ce monde est bien plat », « résigné », « sans espoir » > notations désolantes en ouverture seulement car ensuite la cigarette va transformer le monde – ou plutôt lui en substituer un autre, pas du tout terne (cf. par contraste le ballet des « éléphants en rut » et les « chœurs de moustiques »).

  1. L’horizon de la mort : un autre monde hypothétique

Dans la tradition chrétienne, le bonheur est promis aux vertueux après leur mort. Plus ils auront souffert (notamment les pauvres, à qui on fait ainsi accepter l’inégalité de leur condition), plus ils auront de chance d’être heureux dans « l’autre monde ». Pour Laforgue, la mort est bien sûr inéluctable et notre horizon à tous (cf. « en attendant la mort », v.3, « pauvres futurs squelettes » v.5). Mais il ne croit pas à la réalité d’une vie après la mort, et moins encore à ce bonheur pour l’éternité (cf. v.1 « quant à l’autre, sornettes »)

  1. La métaphore du sommeil du poète : valeur inversée

On conçoit, dans ces conditions que le poète dans la 1° strophe, se montre « résigné, sans espoir ». Pourtant ce qui va le transformer, c’est le sommeil, ou plutôt la rêverie qu’artificiellement crée la cigarette qu’il fume. Cette activité, en effet, le « plonge en une extase infinie et [l’]endort » v. 7, sa rêverie est développée dans toute la 3° strophe, sur un mode onirique très léger, et le réveil, qui a lieu dans l’ultime strophe (v. 12) se fait avec douceur et attendrissement : « le cœur plein d’une douce joie » v.13, « mon cher pouce » v.14. Loin d’être une métaphore de la mort, même si le songe l’entraîne au « paradis » (v.9), cet assoupissement voluptueusement tabagique est donc une manière d’échapper à la tristesse de la condition humaine.

→ La cigarette, objet qui permet, dès la 2° strophe, cette transformation radicale, semble donc un véritable adjuvant magique, comme dans un conte. Quelles sont donc ses propriétés et vertus ?

II. La cigarette comme objet magique permettant le passage dans un autre « autre monde »

  1. La valorisation des cigarettes par un jeu de contraste

Tout d’abord, force est de constater que l’action initiée au vers 4 et qui fait pivot dans le sonnet, est particulièrement valorisée (ce n’est plus aujourd’hui très politiquement correct, mais Laforgue écrit au XIXème siècle et les valeurs du temps, surtout celle des poètes, toujours un brin provocateurs, ne sont plus les nôtres) : « je fume au nez des dieux de fines cigarettes ». Celles-ci, déjà valorisées par leur finesse, le sont encore davantage par la faculté qu’elles ont à provoquer « une extase infinie » (v.7) et « une douce joie » (v.13). Mais le contraste s’opère surtout par rapport à l’angoisse et à l’aspect morne qui caractérisent le monde. C’est ce qui apparaît notamment très clairement par le jeu de Laforgue sur les secondes rimes des quatrains : sornettes et squelettes (v.1 et 5) sont péjoratifs tandis que cigarettes et cassolettes (v. 4 et 8) introduisent une forme indéniable de sensualité.

  1. La sensualité

En effet, la fumée joliment décrite en une périphrase au v. 6, « le méandre bleu qui vers le ciel se tord », semble avoir toutes les vertus : la couleur de l’azur, l’élévation spirituelle (marquée par la verticalité de sa course), l’absence de dureté soulignée par son « méandre » qui rappelle celui d’une rivière. Les parfums, éminemment sensuels, sont mis en évidence par le biais de l’image des cassolettes au v. 8, ces brûle-parfums dans lesquels on fait brûler des encens ou d’autres essences délicates dans le cadre de maints cultes religieux. Aux odeurs s’ajoutent la musique (« chœurs » v.11) et la danse (« valse » v.10) que font surgir harmonieusement les « rêves clairs »(v.9) suscités par la cigarette. L’image des fleurs (v.9) concourt à la même impression extatique et bienheureuse. On peut même aller jusqu’à considérer que l’image finale du « pouce rôti comme une cuisse d’oie », dans la mesure où elle n’exprime aucune souffrance mais au contraire une sorte de gourmandise, participe de l’impression sensuelle d’ensemble.

  1. La magie

Ainsi la cigarette fait figure d’objet magique. Elevant vers les cieux sa fumée, elle élève aussi le fumeur, a une action réelle sur lui (cf. position d’objet de la première personne au v. 7 : « me plonge en une extase infinie et m’endort »). Elle lui ouvre en fait les portes d’un autre monde qui est qualifié de « paradis » v.9 et où les rêveries sont « fantastiques », c’est-à-dire non pas extraordinaires (encore que…) mais liées à l’imagination, à la fantaisie.

III. La place marginale mais bienheureuse du poète : moi et les autres

  1. L’opposition entre « je » et « vous »

Ainsi, par l’intermédiaire de la cigarette, le poète se trouve séparé du reste de l’humanité. Cette dernière est prisonnière du réel, réduite à la lutte : v. 5 « allez, vivants, luttez » et ne suscite qu’une pitié méprisante de la part du poète : « pauvres futurs squelettes ». A cette deuxième personne du pluriel qui n’apparaît qu’une fois et dans ce contexte de peine, de douleur et de mort, s’oppose un « je » qui « fume au nez des dieux », rivalisant ainsi avec eux. Ce « moi », en anaphore au second vers de chaque quatrain, et plus généralement cette première personne, est la plus souvent utilisée, tant en position de sujet, qu’en position d’objet, on l’a vu. C’est sur elle, et son objet magique la cigarette, que le poète ne semble partager avec personne, que le sonnet se concentre. A l’humanité malheureuse la lutte et la mort, le monde réel et l’au-delà, au poète la contemplation (v.13 : « je contemple ») et la rêverie oisive.

  1. La rêverie, propre du poète

On peut s’appuyer pour en démontrer l’existence sur les jeux d’images, métaphores et comparaisons, notamment aux strophes 2 et 3, mais aussi dans l’amusant trait final (on appelle ce vers un « concetto », une pointe, qui achève le sonnet en feu d’artifice). On peut également souligner la profonde délectation qu’il retire de cet instant hors du monde, hors de la « lutte » du commun du mortel. L’étude du rythme peut souligner ce contraste : saccadé, heurté au début (cf. 2 ou 5, notamment) afin de souligner la dureté de ce réel, il se fait souple et ondoyant, comme les volutes de fumées dans le cadre de la rêverie (voyez les nombreux enjambements).

  1. Refondation laïque et provocatrice de l’autre monde : ce que peut être le bonheur.

Cette rêverie est donc véritablement un monde tiers, une alternative aux possibilités qui se partagent bien équitablement les hémistiches du v.1 : ou bien le monde des vivants, ou bien « l’autre » dont on a déjà dit que Laforgue n’y croyait pas. Sa véritable provocation, « au nez » et à la barbe « des dieux » (v.4), c’est d’ouvrir un autre « paradis » v.9 : un paradis où l’on entre sans être mort, un paradis que l’on ne s’arrache pas de haute lutte, un paradis non pas éternel mais évanescent comme une « fine cigarette ». Le paradis, en somme, que seule la poésie peut créer pour les « happy few » (l’expression est de Stendhal) qui goûtent et le tabac et les « vers » qui apparaissent dans la dernière strophe comme le point d’aboutissement – et de perfection – de cette rêverie « infinie », extatique et paradisiaque.


Pour citer cet article : Claire Sicard, "Plan détaillé de commentaire. Laforgue, “La Cigarette” [2007]," Le Marquetis de Claire Sicard, 2 avril 2021, https://clairesicard.hypotheses.org/570, article consulté le 19 janvier 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search