Leçon. Raison et folie dans les Discours de Ronsard [2009]

Corrigé de leçon proposé dans le cadre de la préparation à l’agrégation de Lettres, session 2009. Les références des citations renvoient à l’édition qui était alors au programme (et qui reste l’édition de référence pour les œuvres de Ronsard), l’édition Laumonier t. XI (voir bibliographie). On pourra toutefois aisément les retrouver dans celle sur laquelle nous travaillons cette année.


Raison et folie sont deux termes qui s’opposent. Quand le premier renvoie aux facultés de jugement, à la mesure, à l’ordre et à la bonne santé mentale, le second dénote le défaut de bon sens, l’extravagance, le désordre et la maladie. Avers et revers de l’esprit comme des comportements humains, ce qui est rationnel paraît à première vue souhaitable et positif tandis que ce qui est fou est généralement rejeté et considéré péjorativement. Cette distinction parcourt l’ensemble des œuvres concernant la première guerre de religion que Ronsard publie entre 1560 et 1563. Elle semble venir doubler cette autre opposition fondamentale, politique et théologique, entre les deux camps des réformés et des catholiques, des tenants de l’ordre traditionnel, auquel Ronsard par ces œuvres se rallie, et de ceux qui le mettent en péril. À première vue, et de façon quelque peu schématique, on pourrait considérer que la raison serait du côté du poète et des valeurs religieuses et politiques qu’il tient pour vraies, tandis que le camp adverse serait renvoyé, de façon dévalorisante, à sa folie et à son erreur. Toutefois, cette dichotomie est trop simplificatrice. L’opposition franche dissimule sans nul doute une réalité bien plus complexe. En effet, elle est aisément réversible, chacun pouvant déclarer l’autre fou et se targuer lui-même d’être sage. En outre, un excès de confiance dans les pouvoirs de la raison est parfois source d’égarement. Enfin, en matière théologique, la raison comme faculté de connaissance peut susciter la méfiance.
C’est pourquoi nous nous demanderons comment Ronsard établit au fil des textes des distinctions plus fines l’engageant à réévaluer ce que recouvrent les deux notions et comment celles-ci s’articulent à la question de la vérité, liée dans ces œuvres à celle de la foi et de la poésie, afin de faire bouger les lignes définitoires et de remettre de l’ordre dans le monde « sans dessus dessous » qu’ont fait surgir selon lui les réformés.
Pour cela, nous verrons dans un premier temps que l’opposition apparemment simple entre raison et folie est étroitement liée à la situation de conflit dans laquelle Ronsard intervient et qu’elle joue un rôle polémique dans l’argumentation des deux camps. Il conviendra alors de distinguer la raison de l’opinion, qui se donne des allures rationnelles pour n’imposer que l’erreur. Enfin, la fureur poétique, envisagée comme une saine folie, apparaîtra sinon comme un moyen d’atteindre une vérité inaccessible aux faibles esprits humains tout au moins comme le truchement d’une sagesse qui, paradoxalement, ne saurait être totalement rationnelle et doit faire sa part au merveilleux de l’imagination fantastique.

*

I. Une opposition simple en apparence, liée à la situation de conflit

1. Le poète et son camp, tenants de la raison

Ronsard présente d’abord la raison comme l’apanage de ceux qui savent quelle est leur place dans l’ordre du monde, l’acceptent, et s’emploient à conserver la foi héritée de leurs pères.

a. La raison et le respect de l’ordre politique

Il l’attribue en premier lieu au prince en tant qu’il fonde son autorité sur la vertu, celle-ci s’inscrivant dans le respect d’un ordre et d’une tradition établis. La reine, dont la sagesse est à maintes reprises soulignée, apparaît sur ce point comme un modèle accompli : son « autorité / (Que pour [sa] vertu chaque Estat [lui] accorde) » (Mis. p. 30, v. 210-211) est propre à rétablir la paix (v. 212, 216) et l’union (v. 198, 223, 224) nécessaires à l’ordre politique. Le jeune roi, quant à lui, est incité à suivre ce modèle : il lui faudra « tenir la loy de [ses] ayeulx » (Inst., p. 7, v. 67) et s’inscrire dans leur trace. En effet, « […] il faut penser que ceux du premier age / Plus que ceux d’aujourd’hui avoient le cerveau sage » (Resp. p. 138, v. 423-424) et accepter de les prendre pour modèle. La raison dont doit être animé le prince paraît donc guidée par des valeurs morales et politiques qui s’inscrivent dans une continuité historique. Chaque sujet du royaume a sa place dans cet ordre harmonieux. Le Maréchal d’Anville, l’un des chefs du parti catholique est par exemple qualifié de « sage, vaillant & preux » (Rem. p. 103 v. 769), car il remplit sa fonction de bras armé de l’ordre établi. Au sein de la famille, la nécessité de respecter l’autorité du père est à plusieurs reprises mise en avant. Le peuple doit être guidé par une élite consciente de la hiérarchie politique. À la cour, le poète, pour sa part, met au service du prince son savoir et sa culture afin de le conseiller raisonnablement. Dans L’Institution pour l’Adolescence du Roy, les formules gnomiques (par exemple v. 107-110 ou v. 156-158) donnent à ses conseils au jeune Charles IX valeur de préceptes. Le poète recourt également à des exempla, porteurs de la sagesse du passé, et peut alors, tout en restant à sa place, préciser ce qu’« il faut » qu’un roi fasse et ce qu’il « ne doit pas » faire. Les conseils politiques de la Remonstrance au peuple de France, p. 83 à 90, utilisent les mêmes procédés. Si le monarque doit se former à la raison, la fonction traditionnelle du poète, lui-même sage, est de l’y aider.

b. Conserver la foi de ses pères

Par ailleurs, le lien entre la sagesse et les convictions religieuses paraît fondamental : si par exemple le roi de Navarre, Antoine de Bourbon, est « tressage & tresbon » (Cont., p. 59, v. 430) c’est qu’il est « treschrestien » (v. 428). En effet, ne peut être considéré comme raisonnable que celui qui ne remet pas en question l’ordre de la foi – et par là même celui de la cité. Toute rupture est a contrario irrationnelle, même si elle prétend trouver une légitimation dans les failles du système actuel. Ronsard le concède, il y a bel et bien des « abus » de l’Église qui sont à juste titre jugés scandaleux, il n’est pas question de le nier :

Et si n’ay pas l’esprit si gros ne si troublé
Que je ne sente bien que l’Eglise premiere
Par le temps a perdu beaucoup de sa lumiere (Resp., p. 139, v. 446-448).

Toutefois tenter de restaurer, de l’intérieur, cette lumière passée est bien plus raisonnable que de brutalement rompre avec les structures établies et de les rejeter sans nuance. Alors que les réformés prônent un rapport direct du croyant à Dieu, et veulent donc se débarrasser de toute médiation, notamment celle du pape, auquel ils ne reconnaissent aucune légitimité, Ronsard dénonce le désordre qu’engendrerait pareille suppression. Le monde de la foi, comme l’État, est hiérarchisé et nul ne peut raisonnablement mettre en cause cette hiérarchie. L’Église est l’instance médiatrice de Dieu sur terre. Il convient de reconnaître l’ordre divin, ce « Moteur (…) / Qui tout sage & tout bon gouverne cest empire, / Comme un Pilote en mer gouverne son navire » (Resp., p. 135, v. 354-356) et de s’y soumettre.

c. Faire preuve de mesure

Le sens de la mesure est un autre critère de la raison humaine. Dans l’Épistre au lecteur qui précède la Responce aux injures, Ronsard rappelle vertement qu’il connaît précisément quelle est sa place, par rapport aux Grands mais aussi par rapport au Prédicant : « Or comme je ne suis pas si mal accompagné de jugement & de raison que je m’estime de leur calibre, aussi faut-il que tu penses, Predicant, que je ne suis rien moins que toy, quel que tu sois. », (p. 113-114). Est raisonnable celui qui est capable de « soymesme se cognoistre » (Inst., p. 8, v. 86). Cela passe certes par un retour sur soi-même, introspectif, l’homme sage jugeant de ce qu’il est à l’aune de la vertu, mais aussi par la détermination, juste et pondérée, de sa propre place dans l’ordre du monde. Ainsi Ronsard ne se surestime-t-il pas sur le plan social par exemple, mettant sagement (et prudemment) en avant la modestie de son rang par rapport aux Princes, fussent-ils réformés, mais n’hésite pas à faire valoir sa suprématie en matière poétique : en ce domaine, il se sait – à juste titre – sans égal. La faculté de bien juger permet de dépasser sereinement les passions déviantes de l’orgueil et de la fausse modestie. Respectueux de l’ordre politique, social et religieux, jouant le rôle qui lui est imparti dans l’ordre hiérarchisé du monde, Ronsard peut ainsi se targuer, comme le sage grec Bias de Priène, dont il reprend et développe le mot célèbre – Omnia mea mecum porto, « je porte tout avec moi » – d’avoir « quelque peu de bien qu’en la teste [il] porte » (Resp., p. 165 v. 963).

2. L’adversaire réformé et sa folie contagieuse

a. Des fous : furieux, insensés, ignorants

Les réformés, par contraste, apparaissent tout au long des œuvres comme des « fous », des « furieux », des « insensés ». Cette folie est présentée comme un aveuglement voire une « erreur ». Elle est en tout cas le fruit d’une déviation de l’imagination. On sait que le poète conseille à Charles IX d’« apprendre à bien imaginer », sinon

(…) la raison ne pourroit gouverner :
Car tout le mal qui vient à l’homme prend naissance
Quand par sus la Raison le Cuider a puissance » (Inst., p. 7, v. 71-74)

Or, précisément, les réformés se sont laissés entraîner par « la monstrueuse & faulse fantasie » (Inst., p. 7, v. 77), une « frenesie » (Resp., p. 133, v. 320) et des « songes contrefaits » (Cont., p. 45, v. 166). Violemment emportés par ces images trompeuses, ils ont abdiqué leur faculté de juger sainement et « sans dessus-dessoubs la France renvers[é] » (Resp., p. 134, v. 324). Ils sont en proie à une théologie, qu’ils croient rationnelle mais qui

(…) est toute rance, & puante, & moisie,
Toute rapetassée & prinse de l’erreur
Des premiers seducteurs, incensez de fureur. (Resp., p. 171, v. 1091-1094).

b. Des malades

Les réformés « […] ressembl[ent] à ceux que les fiebvres incensent, / Qui cuydent dire vray de tout cela qu’ils pensent » (Cont., p. 46, v. 179-180). Ronsard, à plusieurs reprises, en fait plaisamment de véritables malades, relevant d’un traitement médical. C’est par exemple le cas pour le prédicant, aux p. 127-128 de la Responce aux injures qui, transformé en « Lou-garou » vomit un arc-en-ciel de venins. Le poète fait mine de lui venir en aide dans le passage truculent des v. 191 à 210. Il en appelle à « quelque homme expert en medicine » qui pourra prescrire au monstre la médication appropriée aux fous : « Si son mal doit garir, l’Helebore sans plus / Garira son cerveau lunatique & perclus ». Mais déjà il se charge lui-même des soins et, en chirurgien avisé, constate que le mal est sans doute très profond puisqu’en « luy sond[ant] le nez d’une esprouvelle » il découvre que le monstre « n’a point de cervelle » et qu’ « en lieu de cerveau son chef est plain de vent ». Voici, néanmoins qui confirme le diagnostic de folie, puisque le fou est, au sens étymologique, une outre remplie d’air ! Il n’y a plus qu’à le conduire auprès de Thony et Le Greffier, certes fous, mais fous de cour, c’est-à-dire qui ont eu la sagesse de se mettre au service du roi, ou mieux encore d’Astolphe. Accompagné de Saint-Jean, ce personnage du Roland furieux de l’Arioste sauve en effet Roland de sa folie et récupère, sur la lune, la raison du furieux – que le chevalier s’était vu retirer par Dieu en punition de ses fautes – en même temps que la sienne propre, qu’il n’avait pas conscience d’avoir perdue. Pour compléter la cure, Ronsard prescrit enfin de s’abstenir « par neuf jours seulement (…) de lire & de croire aux œuvres de Calvin ». Lorsque le patient aura enfin « Abjur[é] son erreur fauce & pernicieuse (…) Sa premiere santé luy rentr’a dans le corps ». Ailleurs, c’est une saignée « pour atirer & evaporer l’humeur noir & melancolique, lequel sans relache vous tourmente & gaste le cerveau » (Resp., p. 176-177) et une potion comprenant du lapis lazuli – addito (…) lapide cyaneo (p. 177) –, réputé pour améliorer la vue et la clairvoyance, dont le poète espère les effets.

c. Le risque de la contagion

Même si Ronsard ne manque pas d’humour dans sa description de la maladie qui ronge ses contemporains, il s’inquiète des progrès de l’épidémie. Les soins ne sont pas toujours efficaces, tant le mal est profond :

Le peuple qui vous suit est tout empoisonné,
Il a tant le cerveau de sectes estonné,
Que toute la Rubarbe & toute l’Anticyre
Ne lui scauroient garir sa fiebvre qui empire :
Car tant s’en faut hélas ! qu’on lui puisse garir,
Que son mal le contente, & luy plaist d’en mourir. (Cont., p. 48, v. 209-214)

Le poète a lui-même fait l’expérience de la force du mal : « J’ay autrefois goutté, quand j’estois jeune d’age, / Du miel empoisonné de vostre doux breuvage » (Rem., p. 75, v. 211-212). Il ne dut qu’à ses cris et à l’intervention de « quelque bon Daimon » de ne pas céder aux sirènes huguenotes, d’autant plus redoutables et pernicieuses qu’elles se montrent capables de « brouiller » l’entendement et de renverser la partition si commode entre raison catholique et folie réformée.

3. Réversibilité de l’argumentaire : la place de la parole réformée

a. Réformés et catholiques utilisent les mêmes termes polémiques

En effet, le poète le sait, l’argumentaire peut être retourné par des adversaires qui mettent le pays comme la raison « sans dessus dessous ». Leur folie leur fait croire qu’ils sont sages. Et si Ronsard renvoie à Thony, fou de cour, le prédicant insensé, c’est à ce même personnage que le réformé a pu comparer le « tressage » roi catholique Antoine de Bourbon (Resp., p. 174, v. 1142). On retrouve la même référence, la même injure, la même division du monde entre sages et fous mais cette fois les qualifications sont inversées. Il est également frappant de relever que le jugement porté sur la situation actuelle par les deux camps s’exprime de façon analogue : lorsque Ronsard constate que, depuis que le conflit fait rage, « Tout va de pis en pis » (Mis., p. 29 v. 185), Opinion emploie les mêmes termes pour enjoindre Luther de se dresser contre l’ordre établi (Rem., p. 79, v. 289). On ne saurait alors s’étonner de ce que Bèze puisse estimer la parole de Ronsard « d’une personne folle » (Cont., p. 40, v. 95). Comment renverser son point de vue lorsqu’on croit déjà être détenteur de la raison ? Il y a là une sorte d’aporie qui ne permet guère de sortir de l’affrontement polémique. On peut certes « par livres […] confondre » l’ennemi qui « par livres a séduict / Le peuple dévoyé qui faucement le suit » (El., v. 19-21) mais n’est-ce pas une tentative vaine ? La parole a-t-elle vraiment le pouvoir de remettre de l’ordre dans le monde, de ramener à la raison ceux qui s’en sont éloignés en les convainquant de leur erreur ? L’effet de miroir ne rend-il pas radicalement impossible de déterminer où sont la raison et la vérité ?

b. Prise en compte de cet effet de miroir

Ronsard est bien conscient de cet effet de miroir. S’il fait suivre sa Response aux injures d’une plaisante prescription médicale pour les prédicants, c’est que ceux-ci le considèrent eux-mêmes comme un fou et qu’ils se sont érigés en « bons & fidelles Medecins » en lui envoyant leurs trois pamphlets, autrement dit « trois pillules » visant à le soigner – sans succès malgré la bonne volonté joyeuse du patient :

Mes bons & fidelles Medecins Predicans, tout ainsi que de gayeté de cueur, & sans froncer le sourcy, j’ay gobbé & avallé les troys pillules que de vostre grace m’avez ordonnées : lesquelles toutesfoys n’ont fait en mon cerveau l’entiere operation que desiriez, comme vous pourez cognoistre par l’humeur opiniastre qui me reste encore en la teste : Je vous prie que sans dedaigner le gobelet, vous preniez aussi joyeusement cette medecine que je vous envoye, suppliant le Seigneur qu’elle vous puisse garir plus perfettement que la mienne ne m’a fait (Resp., p. 176-177).

À une prescription répond une autre, les médecins deviennent des patients, en même temps que les écrivains des lecteurs. Comment reconnaître, dans ce jeu de rôles interchangeables auquel se prête sur le mode plaisant le poète, qui est le vrai médecin et qui est le vrai fou ? C’est peut-être dans l’efficacité du traitement que l’on pourrait trouver une réponse – l’on sait déjà qu’il n’a pas fonctionné sur Ronsard, sans doute parce que le diagnostic était faux. Mais qu’en sera-t-il pour les prédicants ? Leur guérison n’est guère plus qu’une hypothèse, à l’horizon des textes et ne peut être assurée. Partie prenante dans la polémique, c’est-à-dire engagé dans une lutte binaire, le poète le sait bien :

Le juge partial ne scauroit bien juger.
Tu m’estimes meschant & meschant je t’estime,
Je retourne sur toy le mesme fait du crime,
Tu penses que c’est moy, je pense que c’est toy !
Tu penses dire vray, je pense aussi le dire,
Et lequel est trompé ? (Resp., p. 149, v. 638-644)

Il faudrait une tierce instance, pour sortir de l’attaque ad hominem réciproque et de la stérilité du reflet accusateur. Or ce juge ne peut en l’occurrence qu’être divin et reste par là même hors de la portée de la raison humaine : les voies de Dieu sont bel et bien impénétrables. Force est donc de s’en remettre à ce que l’on « croit », sans assurance de ne pas s’égarer. La raison a ses limites que la foi seule peut pallier.

→ Ainsi, la partition entre raison et folie n’est pas aussi simple que l’on pourrait au premier abord le croire. Certes, pour Ronsard, sur les plans politique, social et religieux la raison est bien du côté du pouvoir catholique et la folie de celui des mutins réformés. Mais ces derniers sont habiles à renverser les arguments et le monde. Ils se donnent bien trop souvent comme les détenteurs de la raison et de la vérité, alors même qu’ils ouvrent le règne dangereux de l’opinion et de l’erreur. Tenter, malgré la difficulté de l’entreprise, de dévoiler la folie tapie derrière l’apparence de raison est donc l’une des tâches que s’assigne le poète.

II. Débusquer la folle opinion derrière l’apparence de raison

1. Opinion vs Raison

a. Raison et opinion : une frontière étroite

Opinion est un monstre. Fille de « Dame Presomption » et de Jupiter voulant punir l’hybris des hommes, elle est la « peste du genre humain » (Mis., p. 26, v. 134) :

Cuider en fut nourrice, & fut mise à l’escole
D’orgueil, de fantasie, & de jeunesse folle.
Elle fut si enflée, & si pleine d’erreur
Que mesme à ses parens elle faisoit horreur.
Elle avoit le regard d’une orgueilleuse beste.
De vent & de fumée estoit pleine sa teste. (Mis., p. 26, v. 135-140)

Malgré cette repoussante monstruosité, rien n’est plus difficile à départager que la raison et l’opinion puisque cette dernière prend le masque de la raison. Le poète le déplore en passant du mythe explicatif païen du Discours des misères de ce temps à un autre, d’inspiration plus chrétienne, dans la Remonstrance au peuple de France. Dieu, comme Jupiter, a tendu un piège aux hommes en plaçant tout près de la raison la folle opinion. Il aurait bien plutôt dû

Mettre l’opinion aux tallons, & la faire
Loing du chef demeurer, & non pas l’apposer
Si pres de la raison, à fin de l’abuser,
Comme un mechant voisin qui abuse à tout heure
Celuy qui par fortune aupres de luy demeure. (Rem., p. 76-77, v. 240-244)

Mais cette redoutable proximité existe, les hommes doivent se soumettre à cet état de fait, sans pour autant renoncer à lutter contre l’invasion d’opinion.

b. Une moyen de lutter : une organisation rationnelle du discours

Mettre en avant la logique du discours est un des moyens de cette lutte, puisque l’évidence du vrai est, depuis le péché originel, inaccessible. L’argumentation rationnelle vise alors à mettre en évidence à la fois les qualités de celui qui s’y livre et le défaut de raison de son interlocuteur. C’est ce qui se produit par exemple dans le passage de la Continuation (p. 45 à 53) mettant en scène deux « surveillants » huguenots accusant Ronsard d’athéisme. La défense du poète est particulièrement structurée. Dans une brève introduction (v. 159-168), il se présente, puis (v. 169-196) explique pourquoi il convient de se méfier des prédicants. Il dénonce ensuite les manipulations auxquelles ceux-ci se livrent (v. 197-214) et démontre que les actes des réformés ne sont que prétendument justifiés (v. 215-240). Enfin, rappelant la division qui règne entre les différentes sectes nouvelles (v. 241-288), il présente la Réforme comme une folle erreur (v. 289-314). Par contraste, le défaut de logique de l’adversaire est souligné. Si l’on s’en tient par exemple à l’examen de l’introduction de ce discours, la salve de questions rhétoriques, renforcée par la triple reprise anaphorique de la principale « appelés vous Athée… », met en évidence l’absurdité de pareille accusation à l’encontre d’un homme « Qui croit en un seul Dieu, qui croit au sainct Esprit, / Qui croit de tout son cœur au sauveur Jesuschrist » (v. 165-166). Ronsard apparaît alors aux yeux du lecteur comme celui qui juge « Par la seule raison », tandis que les surveillants, follement, ne le font que « par la conjecture » (Resp., p.133, v. 300).

c. Un discours qui se veut convaincant : l’appel à la raison

Fort de sa position d’homme rationnel, et par là même mesuré, le poète tente de faire entendre raison à ceux qu’ils jugent « égarés », et en premier lieu aux chefs politiques de la Réforme en France. Ainsi, dans l’Épistre au lecteur précédemment citée, il engage, certes avec une prudence justifiée par leur position élevée mais aussi avec fermeté, les « Princes & Seigneurs », Louis de Condé et les frères Coligny, à l’écouter : « aussi auroient-ils bien peu de louange d’offencer un gentilhomme de bonne race & de bonne part comme je suis, cogneu & tenu pour homme de bien […] par toute la France, sans premierement scavoir de sa propre bouche ses raisons & la vérité » (Resp., p. 113). Ronsard use du même procédé pour convaincre Bèze, savant et poète comme lui, d’abandonner l’hérésie et de retourner à ses études (Cont., p. 42-43, v. 115-43) : il n’est pas à sa place dans les combats actuels, il y fait preuve d’un défaut de jugement, et doit bien plutôt leur préférer le « papier non sanglant » de L’Iliade. Retrouvant son domaine, reprenant sa place, il recouvrera la raison. Le poète, malgré le pernicieux pouvoir qu’il reconnaît au monstre Opinion, s’inscrit ainsi dans la tradition humaniste, et ne se montre pas encore totalement sceptique quant à la faculté de la parole rationnelle et savante de convaincre, d’infléchir les comportements et de ramener la paix, tout au moins jusqu’à la Responce aux injures qui peut paraître plus ambiguë sur ce point : dans cette ultime œuvre de notre corpus, si Ronsard est sûr de sa raison, et de celle de son parti, il ne sous-estime pas la force de l’hérésie, soutenue par des hommes aussi puissants qu’un Condé ou qu’un Bèze. Il se sait par ailleurs incapable de pénétrer les desseins divins, et ne préjuge donc pas de la durée du conflit. Aussi en appelle-t-il également à la raison de la « race future » qui connaîtra peut-être encore l’affrontement religieux : « je te supplie, / Ne t’incense jamais apres telle folye. » (Resp., p. 175, v. 1167-1168). La lutte, si longue et difficile soit-elle, ne doit pas cesser

Car tout le mal qui vient à l’homme prend naissance
Quand par sus Raison le Cuider a puissance :
Tout ainsi que le corps s’exerce en travaillant,
Il faut que la Raison s’exerce en bataillant
Contre la monstrueuse & faulse fantasie,
De peur que vainement l’ame n’en soit saisie. (Inst., p. 7-8, v. 73-78)

Il convient donc de mettre au jour les dangers de l’hérésie, qui sont en même temps les marques de sa folie.

2. Révéler les incompatibilités de l’opinion avec la raison

a. L’orgueil des réformés

Si l’« erreur » est si difficile à déloger, c’est qu’elle est étroitement liée à « l’orgueil » qui « enfle » dans les entendements troublés et les convainc indûment qu’ils ont raison. La pondération et l’humilité de l’homme sage leur font également défaut. Leur « front écervellé [est] superbe & (…) rogue » (Resp., p. 155, v. 751). Ils « […] ont le cœur si fol, si superbe, & si fier, » qu’ils font preuve d’hybris tant sur le plan politique – osant « leur maistre desfier » – que sur le plan religieux – se croyant « de Dieu les mignons » et les seuls « heritiers du royaulme celeste ». Ce ne sont que de « pauvres incensez » (Cont., p. 36, v. 29-33). Quant au « peuple » qui suit les Genevois,

Il songe, il fantastique, il n’a point de compas [c’est-à-dire de mesure],
Tantost enflé de cueur, tantost bas de courage,
Et sans prevoir le sien predit nostre dommage.
Au reste de parolle il est fier & hautain,
Il a la bouche chaude, & bien froide la main,
Il presume de soy, mais sa folle pensée
Comme par un Destin est tousjours renversée (Rem., p. 97, v. 669-676).

Le quatrain en vers rapportés qui précède la Responce aux injures (p. 115) met l’accent sur l’étroitesse du lien unissant orgueil et folie. Chaque vers est composé d’une énumération de quatre termes et la lecture du quatrain peut se faire aussi bien horizontalement que verticalement. La folie et l’orgueil sont respectivement les deuxième et troisième caractéristiques de Zamariel : la « fureur » l’ « incense », le rend « fol » et « felon » tandis que l’ « orgueil » l’ « enfle », le rend « superbe » et « arrogant ». Cet orgueil est aggravé par l’ignorance. À de nombreuses reprises l’homme sage est présenté comme celui qui « cognoit », tandis que le fou est celui qui « ne cognoit pas ». Avec mépris, Ronsard dénigre cette prétendue « science » des nouveaux venus à qui « Il ne faut pas avoir beaucoup d’expérience / (…) Les barbiers, les maçons en un jour y sont clercs » (Rem., p. 73, v. 191 et 193). L’ignorance de leur propre ignorance favorise leurs erreurs et leurs illusions. C’est donc peut-être par le savoir, l’étude et l’exercice de la pensée – et non leur simulacre – que l’on peut espérer avoir raison de l’opinion.

b. L’homme sage connaît qu’il y a de l’inconnaissable

Or le véritable savoir est humble. Le lettré sait bien que la science ne s’acquiert pas en un jour et que l’entendement humain a des limites qu’il ne pourra repousser. C’est le lot des hommes de n’être que de « petits animaux » (Rem., p. 64, v. 17) incapables de pénétrer la raison divine,

[…] car Dieu, qui est caché,
Ne veut que son segret soit ainsi recherché.
Bref nous sommes mortels, & les choses divines
Ne se peuvent loger en nos foibles poictrines
Et de sa prescience en vain nous devisons,
Car il n’est pas suject à nos sottes raisons :
L’entendement humain, tant soit il admirable,
Du moindre fait de Dieu, sans grace, n’est capable (Rem., p. 71, v. 153-160).

Ne pas accepter cette impuissance humaine, c’est « estre trop curieux / Et […] avoir eschellé comme Géants les cieux ». (Mis., p. 27, v. 149-154), hybris pour lequel on ne manque pas d’être puni. Les réformés, selon Ronsard, ne font pas cette distinction et utilisent en matière théologique des structures de pensée pertinentes en d’autres domaines, mais inappropriées lorsqu’il s’agit de Dieu. C’est à leur « raison naturelle » (Rem., p. 69, v. 119) ou à « la Philosophie » (v. 123) qu’ils en appellent pour penser la divinité. Ainsi, ils « veulent nous prouver » logiquement « Qu’un corps n’est en deux lieux ». Ronsard, bien sûr, le concède mais avance que celui du Seigneur « Qui n’est que majesté, que puissance, & qu’honneur, / Divin, glorifié, n’est pas comme les nostres » (Rem., p. 69, v. 123-127). La méthode n’est donc pas adaptée à son objet, la logique a une faille et les prédicants « En voulant (…) prouver [Dieu], prouvent qu’ils ne sont sages » (Rem., p. 70, v. 140). En somme, l’homme raisonnable sait bien qu’

Il fait bon disputer des choses naturelles,
Des foudres, & des vents, des neiges, & des gresles,
Et non pas de la foy dont il ne faut douter,
Seullement il faut croire, & non en disputer (Rem., p. 71, v. 143-146).

Alors même que la pondération et l’humilité de l’homme sage l’engagent à accepter paisiblement l’ordre du monde qu’il ne peut totalement pénétrer, l’orgueil – qui fait croire faussement aux réformés qu’ils détiennent la clé de l’inconnaissable et peuvent sans médiation établir un dialogue avec Dieu – les pousse à imposer par la violence leur opinion et à semer la discorde.

c. Dénonciation de la division et de la violence

Le champ lexical de la division, toujours rattaché à la folie réformée, est récurrent dans les œuvres : non seulement « (…) la France court en armes divisée / Depuis que la raison n’est plus autorisée » (Mis., p. 30, v. 195-196) mais au sein même du camp des réformés règne le chaos : « Zvingliens », « Lutheristes », « Œucolampadiens », « Quintins », « Anabaptistes », Calvinistes etc. (Cont., p. 50, v. 241-288) ne trouvent pas même à s’accorder entre eux. Leur division, contraire à l’enseignement du Christ, prouve bien qu’ils ne sont pas envoyés de Dieu comme ils le prétendent. Mais leur fureur comporte, sur le plan politique et social, des risques préoccupants de désordre qui s’expriment au sein des familles – conjoints, parents et enfants se dressant les uns contre les autres – comme au sein des différents états :

Morte est l’autorité : chacun vit à sa guise
Au vice desreiglé la licence est permise,
Le desir, l’avarice, & l’erreur incensé
Ont sans-dessus-dessoubs le monde renversé (Mis., p. 28-29, v. 175-178).

La folie de la discorde s’accompagne nécessairement de violences : ce ne sont que « brigandages », « meurtres », « larcins », « pillages » ou autres atteintes au « droit commun » (Cont., p. 48, v.220-221) qu’engendre pareille fureur. Les mutins, enragés, perdent toute humanité. Ils ressemblent aux sauterelles de l’Apocalypse (Cont., p.39, v. 72-76) et sont pires que des « Tygres » ou des « Ours » (Rem., p. 88, v. 484), « ils ont de fureur l’ame plus animée / Que freslons en un chesne estouffés de fumée. » (Rem., p. 91, v. 539-540).

3. De la manipulation des réformés : une stratégie intelligente qui joue de la folie

a. De diaboliques manipulateurs

Pour autant, Ronsard distingue, au sein même des réformés, ceux qui, ignorants et sots, sont victimes de l’opinion et ceux qui politiquement jouent de cette faiblesse pour les manipuler. Ces diaboliques trompeurs sont notamment les prédicants, qui contaminent les crédules en « deguis[ant] le vray par telle authorité / Que le faux controuvé semble estre verité » (Rem., p. 92, v. 561-562). Il y a donc là une opération immorale – mais pas forcément irrationnelle – dans cette entreprise de dissimulation qui paraît concertée. Ronsard la dénonce tout particulièrement dans la Continuation, p. 45 à 48. « La plupart [des] Rhétoriqueurs » (v. 181) qui se disent ministres du nouveau culte sont en fait « fins & cauteleux » (v. 169) tels des « basteleurs (…) jouant finement leurs tours de passe passe » (v. 170-172). L’hypocrisie, plus que la folie, les habite ; ils « preschent autrement qu’ils n’ont dedans les cœurs » (v. 182). Prudents, les théologiens réformés, et au premier chef Calvin lui-même, enflamment les faibles et les envoient en première ligne, restant quant à eux à l’abri, tout comme

(…) ceux qui font les Tragedies,
Lesquels sans les jouer demeurent tous creintifs,
Et en donnent la charge aux nouveaux aprantis,
Pour n’estre point moqués, ni siflés, si l’yssue
De la fable n’est pas du peuple bien receue (Cont., p.47-48, v. 204-208).

b. Le peuple sot, première victime

Celui-ci se laisse pourtant prendre par ces charlatans de la foi, nouveaux Lotophages, qui leur font oublier par leurs sermons empoisonnés jusqu’à leur patrie (Rem., p. 93, v. 571-586). La magie malfaisante s’exerce et suscite un autre souvenir de l’Odyssée chez le poète soucieux d’alerter ces sottes victimes,

Helas si vous aviés tant soit peu de raison,
Vous cognoistriés bien tost qu’on vous tient en prison,
Pipés, ensorcellés : comme par sa malice
Circe tenoit charmés les compagnons d’Ulysse (Cont., p. 52, v. 289-292).

Agacé, Ronsard voudrait bien que seuls les simples d’esprit soient victimes de la supercherie, et ce au point de déclarer un peu vite à l’adversaire qu’il

(…) ne pip[e] sinon le vulgaire innocent,
Grosse masse de plomb qui ne voit ny ne sent,
Ou le jeune marchant, le bragard gentilhomme,
L’escollier debauché, la simple femme : & somme
Ceux qui sçavent un peu, non les hommes qui sont
D’un jugement rassis, & d’un sçavoir profond (Rem., p. 76, v. 221-230).

Pourtant, à son grand embarras, force lui est de constater que des hommes intelligents et cultivés ont aussi rejoint le camp réformé.

c. Un danger aussi pour les esprits plus déliés

Il arrive en effet qu’ « un gentil esprit pipé huguenotise » (Rem., p. 94, v. 591) et que les

presdestinations fantastiques & songes monstrueux de Calvin (…) ensorcelle[nt] la jeunesse de France, & (ce qui est encore plus dommageable) une bonne partie de nos hommes qui faisoient montre sur tous les autres d’avoir le cerveau mieux fait, plus rusez aux affaires, & moins studieux de toute pernicieuse nouveauté (Resp., Épistre au lecteur, p. 114, l. 70 sq.).

Si Théodore de Bèze ou le prince de Condé se sont engagés du côté des réformés, la reconnaissance des qualités intellectuelles du premier et une prudence toute diplomatique à l’égard du second empêchent Ronsard de les classer dans le camp des sots comme dans celui des manipulateurs. Nul, pas même un « noble Seigneur » (Cont., p. 52, v. 295) « si gaillard, si doux, & si courtois » (Rem., p. 53, v. 302), un « Prince généreux, race du sang de France » (Rem., p. 94-95, v. 611), un « Prince tresbon, / Né du sang inveincu des Seigneurs de Bourbon » (v. 621-622) tel que Condé, n’est donc à l’abri de la contamination huguenote qui impose son habile illusion :

(…) pour de l’or on lui donne du cuyvre,
Et pour un grand chemin un sentier esgaré,
Et pour un Diamant un verre bigarré (Rem., p. 53, v. 304-306).

C’est un « chaut mal » (Rem., p. 94, v. 610) que l’hérésie, dont il convient de mettre en garde jusqu’à ceux qui sont les plus hauts garants de l’ordre et de l’Église, par exemple le jeune Charles IX lui-même :

(…) ce n’est pas le tout de scavoir la vertu,
Il faut cognoistre aussi le vice revestu
D’un habit vertueux, qui d’autant plus offence
Qu’il se montre honorable, & a belle aparance (Inst., p. 8, v. 80-82).

La raison peut certes être utile pour faire preuve de pareille clairvoyance, mais elle n’est pas à elle seule suffisante puisque même les hommes les plus intelligents et les plus savants peuvent se laisser prendre dans les filets redoutables de l’opinion et de la folle hérésie.

→ La valeur de la raison est donc remise en cause lorsqu’il s’agit de séparer le vrai du faux. Il y a chez les réformés, qui ne sont pas tous sots et malades, un usage pernicieux de la raison, non éclairé par la foi, enflé de démesure, tant sur le plan de la libido sciendi que de l’ambition politique, qui les entraînent dans l’erreur. Le poète, quant à lui, peut lutter avec les armes d’une raison éclairée par la foi, susceptible de lui conférer une autorité pour révéler la vérité, mais cette parole, si difficile à distinguer de celle de l’opinion, n’est pas toujours efficace. N’y aurait-il alors pas à chercher du côté de la fureur poétique, entendue comme une saine folie, cet accès à la vérité que la raison échoue à restaurer ?

III. En matière poétique, une saine folie

1. Confusion des réformés en matière poétique : un esprit de sérieux inadéquat

a. De mauvais écrivains

Si Ronsard s’en prend aux réformés pour leur folie sur les plans théologique et politique, il les considère, sur le plan poétique, comme dévoyés, mais d’une toute autre façon. Pas plus qu’ils ne comprennent l’ordre du monde, ils n’ont accès à celui de la poésie, se limitant tout au plus à n’être que des « Rhétoriqueurs » (Cont., p. 46, v. 181), des « versificateurs » (Resp., p. 160, v. 875 ; p. 161, v. 893). Ils connaissent la technique des vers mais ne sont animés, sur le plan de l’invention, d’aucun souffle poétique. Leur austérité composée, qui les conduit à « être sobre en propos » (Rem., p. 74, v. 197), est toute contraire à l’esprit de poésie, tout comme, d’ailleurs, les haineuses diatribes des prédicants auxquels Ronsard s’adresse dans la Responce aux injures. Dans ce cas, c’est la noblesse poétique qui est abdiquée et ces médisances ne peuvent être qualifiées que de

(…) vilaine escriture,
Ainsi que d’un boufon fecond à dire injure,
Ou d’une harangere assise à petit Pont,
Qui d’injures assaut & d’injures respond (Resp., p. 173, v. 1127-1130).

Reflet de leur « courage », c’est-à-dire des dispositions de leur âme, le « langage » de ces prétendus auteurs est « sale & vilain » (v. 1131-1132). Mauvais hommes, ils sont de mauvais écrivains.

b. Une confusion : de la raison où il faudrait de la fureur

Au-delà de la claire dimension polémique de pareils jugements, on peut s’interroger sur les raisons pour lesquelles Ronsard dénie à ses adversaires un quelconque talent poétique. C’est qu’ils ont, une fois encore, renversé l’ordre des choses. Ils croient savoir ce qu’est l’art poétique, alors même qu’ils n’engagent à suivre qu’un « art misérable » (Resp., p. 159, v. 847-848) peut-être adapté à la prose de l’orateur qui doit « sui[vre] le fil d’une chose », mais pas aux vers du poète. Laborieux, ils « suivent pas à pas / Leur sermon sceu par cueur » (Resp., p. 160, v. 870-871). Lorsqu’ils pensent inventer, ce ne sont que des « mots (…) / Froids, grossiers, & lourdaux, comme n’ayant saisie / L’ame d’une gentille & docte frenaisie » (Resp., p. 161, v. 894-896). Il aurait fallu là une saine folie, celle de l’inspiration, pour enflammer leur imagination et leurs vers. Elle fait cruellement défaut à ces piètres versificateurs. C’est donc avec mépris que le poète adresse au prédicant cette critique,

Tu as pour renforcer l’erreur de ta folye,
A ton Geneve apris quelque vieille homelie
De Calvin, que par cueur tu racontes icy,
Tu en as l’estomac un lexicon farcy
De mots injurieux qui donnent à cognoistre
Que mechant escolier tu as eu mechant maistre (Resp., p. 166, v. 995-1000).

L’auteur des attaques n’a aucun talent parce que, avec une application inappropriée d’écolier obtus, il ne comprend pas la folie propre aux Muses. Pourtant elles « ne sont sages » et se laisser « prendre à leurs rages », c’est-à-dire les prendre au sérieux et les aborder dédaigneusement en les critiquant pour leur défaut de raison, est le signe que l’on n’est qu’un « furieux » (Resp., p. 162, v. 907-908). Ce terme n’a pas ici la signification noble et positive qui peut être la sienne lorsqu’il est question de poésie, mais celle d’insensé : le malheureux rhétoriqueur réformé ne sait que « fai[re] de l’habilhomme, & sans penser à luy / Se montre ingenieux aux ouvrages d’autruy » (v. 909-910), « [son] esprit s’oublie / De penser aracher un sens d’une folye » (v. 903-904). En ce domaine, comme en tout autre, le discernement lui fait défaut. Pourtant, note malicieusement Ronsard, les prédicants ont bien tenté de le copier même s’ils le dénigrent et l’attaquent. Imitateurs sans talent et sans clairvoyance, ils se sont maladroitement essayés « à derober [ses] vers » (sur ce point voir le compte-rendu de l’article de François Rouget, “Ronsard et ses adversaires protestants, une relation parodique”, 2006) sans parvenir « à derober [son] art » (Resp., p. 160, v. 866). À quoi tient donc cette suprématie ronsardienne sur ses adversaires ? Contrairement à eux, il est animé par le furor poétique.

2. Le furor du poète ou quand il est juste de se dire fou

a. Il y a un temps pour la raison, et un temps pour la folie

La notion de furor, héritée de Platon, est particulièrement importante à la Renaissance. Elle constitue l’un des concepts capitaux des théories néo-platoniciennes diffusées notamment par l’œuvre de traduction et de commentaire de Marsile Ficin. On pourrait la définir comme un souffle inspirateur, un élan puissant et enthousiaste d’origine divine qui emporte celui qui l’éprouve et le guide vers la beauté, la vérité et l’unité de l’âme qui s’était perdue en descendant dans le corps. On distingue quatre fureurs : amoureuse (inspirée par Eros et Aphrodite), prophétique (inspirée par Apollon), mantique (inspirée par Bacchus) et poétique (inspirée par les Muses). Cette dernière est tantôt considérée comme le premier degré de la reconquête de l’unité perdue de l’âme, tantôt comme traversant et englobant les trois autres. C’est cette conception qui domine chez Ronsard. Le bon poète apparaît comme celui qui sait se livrer à l’imagination qui le transcende pour composer ses vers, sans toutefois abdiquer son jugement et son art qui doivent encadrer le transport de l’enthousiasme. Inspiration et travail doivent donc être savamment combinés pour que l’œuvre soit belle. Le travail sans fureur, dont les écrits des prédicants donnent un exemple, ressemble à une coquille vide et ne présente aucun intérêt, tout comme la fureur débridée, totalement détachée du travail, de l’étude et du jugement, ne saurait produire que des œuvres inintelligibles ou grossières. Aussi Ronsard accepte-t-il volontiers de reconnaître en lui une part de folie, qu’il fait mine de partager avec le prédicant,

Certes non plus qu’à moy ta teste n’est pas saine,
Et pour ce, Predicant, faisons une neufaine,
Où ? à S. Mathurin, car à nous voir tous deux
Nos cerveaux esventés sont bien aventineux (Resp., p. 162, v. 911-913),

tout en opérant une distinction fondamentale entre la fureur poétique qui l’habite et la déraison qu’il reproche à son adversaire. La folie du poète est strictement limitée à son travail poétique et ne déborde pas ce cadre où elle est parfaitement légitime. En outre le « vent » de sa fureur n’a pas la même source que celui du prédicant : d’origine divine chez le poète, il est le fruit monstrueux de l’opinion, de l’orgueil et de l’ambition chez le réformé. C’est pour cela que la folie poétique, contrairement à la déraison politique et théologique, n’est pas à entendre de façon péjorative, et que Ronsard peut la revendiquer sans remettre en question son ethos d’homme pondéré et raisonnable par ailleurs : “Je suis fol, Predicant, quand j’ay la plume en main, / Mais quand je n’escri plus, j’ay le cerveau bien sain” (Resp., p. 162, v. 905-906).

b. Variété et discontinuité, marques du furor

Quelles sont les marques de ce positif furor poétique ? Il s’agit de caractéristiques esthétiques liées au plaisir que la poésie vise à susciter chez le lecteur. Le poète inspiré n’est pas un philosophe et ne prétend pas se confondre avec lui. Son écriture peut paraître « brusque » (Resp., p. 160, v. 868 ; p. 162, v. 901) à ceux qui ne la comprennent pas, elle est en fait caractérisée par une variété et une discontinuité plaisantes qui s’inscrivent dans un ordre plus vaste et ne le mettent pas en péril. Quand la déraison des réformés les pousse à bouleverser violemment le monde, la fureur poétique n’exerce sa libre fantaisie qu’au sein des vers. Ronsard l’explique, tout en mettant en pratique cette belle variété, dans la magistrale leçon de poésie qu’il donne au prédicant (Resp., p. 159-163). Celui-ci se moque « dequoy [la] fureur [du poète] sans ordre se suivant, / Esparpille ses vers comme fueilles au vent » (Resp., v. 849-850) et Ronsard semble confirmer ce jugement en déployant une série d’images bucoliques. Le poète est successivement comparé au « vaneur » pendant la moisson, aux « Ardens » qui

Sautent à divers bons, icy leur flame luit,
Et tantost reluit là, ores sur un rivage,
Ores desur un mont, ou sur un bois sauvage. (Resp., p. 161, v. 878-880),

et à « l’avette » qui butine de fleur en fleur, « Erre de pré en pré, de jardin en jardin » (v. 885). Mais ces sauts apparemment discontinus sont présentés de façon positive. Le travail du vanneur, qui « Fait sauter le forment bien haut desur le van » (p. 160, v. 858), permet de séparer le bon grain de l’ivraie tandis que les feux follets éclairent la nuit et que l’abeille « enrichist sa maison » (p. 161, v. 882). Finalement, ce travail apparemment « sans ordre » (v. 860) porte de beaux fruits, comme en témoignent les illustres prédécesseurs latins de Ronsard, Tibulle et Horace (p. 161, v. 891-892). Il a permis notamment à notre poète de faire « d’autre façon que n’avoient les antiques, / Vocables composés, & frases poëtiques » (Resp., p. 167, v. 1023-1024), de forger « des mots nouveaux, [de rappeler] les vieux » (Resp., p. 167, v. 1021) ce qui contraste avec la lourdeur, la froideur et la grossièreté du « lexicon » appris consciencieusement « par cueur » (Resp., p. 166, v. 997-998) par le prédicant. Ainsi le furor, soutenu par le travail raisonné du poète semble constituer un autre lieu du combat engagé pour la vérité.

3. Une folie positive aux paradoxaux effets

a. Débusquer la folie négative par la folie positive

En effet, la fureur poétique semble, plus efficacement peut-être que la raison, propre à débusquer la folie des réformés en les poussant dans leurs retranchements et en révélant au grand jour le mal qui les ronge. Ainsi, au travers des images du « Tan » (Resp., p. 119, v. 46) ou du « fantaume » (Resp., p. 120, v. 58) auxquelles il s’identifie, le poète se propose-t-il d’agacer – au sens propre comme au sens figuré – son adversaire Théodore de Bèze pour le « rendr[e] par [ses] vers, furieux » (Resp., p. 119, v. 57). Ce puissant effet de la poésie est sans doute à mettre au compte de la vérité qui se trouve enclose dans les images suscitées par le furor. Toutefois, il doit être, plus profondément encore, rattaché aux conceptions catholiques du poète : celui-ci conçoit l’imagination comme une médiation entre l’âme et le corps, le monde céleste et le monde terrestre, alors même que les réformés contestent toute forme de médiation entre Dieu et les hommes. Or, en se faisant métaphoriquement aiguillon de la conscience troublée de son adversaire, il se donne le rôle d’un démon, cet autre « fantaume » qui descend de la divinité vers les hommes dans leurs songes ou dans leurs élans de fureur, soit pour les guider vers le bien, soit pour les entraîner dans le mal. La pensée réformée refusait de telles figures de médiation, jugées irrationnelles. Ronsard, dans ses vers les leur impose. Ainsi explique-t-il ironiquement la déraison du prédicant par cette alternative qui n’en est pas une :

(…) ou l’esprit fantastique
De mes Daimons a pris ton cerveau lunatique,
Qui te rend Lou-garou, car à ce que je voy
Tu as veu les Espris encores mieux que moy :
Ou bien relechant ma brusque poësie
La Panique fureur ta cervelle a saisie (Resp., p. 123, v. 123-128).

En effet, dans un cas comme dans l’autre, le prédicant est renvoyé à la nécessaire médiation à laquelle, comme tout homme, il est confronté : celle de l’imagination, qu’elle s’exprime sous la figure du « daimon » ou sous celle de la production poétique. La folie « gaillarde » du poète vise donc, avec une délectation non dissimulée, à faire « enrager » le sombre insensé (Resp., p 163, v. 920) et par là-même à souligner son erreur.

b. Fureur poétique et fureur prophétique

En outre, la fureur poétique est liée, encore que de façon complexe, à la fureur prophétique. Dans le Discours des Misères de ce temps et dans la Continuation notamment, le poète ne semble pas hésiter à se présenter comme un vates. Il déplore ainsi la cécité de ses contemporains qui n’ont pas écouté les prophéties et su en lire les signes dans le monde. Pourtant,

Dés long temps les escrits des antiques prophetes,
Les songes menaçans, les hideuses comettes,
Nous avoient bien predit que l’an soixante & deux
Rendroit de tous costés les François malheureux,
Tués, assassinés : mais pour n’estre pas sages,
Nous n’avons jamais creu à si divins presages,
Obstinés, aveuglés ; ainsi le peuple Hebrieu
N’adjoutoit point de foy aux prophetes de Dieu (Mis., p. 23, v. 87-102).

Sans être prophète lui-même, puisqu’il ne se risque jamais à prédire l’avenir mais lit plutôt le présent à la lumière des enseignements de l’Histoire, notre poète ouvre ses vers aux « divins presages » en les faisant rimer avec « sages ». La sagesse n’est donc pas l’apanage de la raison mais est intimement liée pour Ronsard à une foi qui accepte l’existence du merveilleux. Celui-ci est à l’origine de l’inspiration poétique, comme le rappelle la conclusion de la Continuation, « Ainsi, par vision la France à moi parla » (Cont. p. 60, v. 445). Ailleurs, le caractère divin de pareilles médiations propres à faire accéder l’homme à la vérité est clairement souligné : c’est par pitié pour l’égarement du « François » que Dieu

Comme pere benin du haut Ciel luy envoye
Songes, & visions, & prophetes, à fin
Qu’il pleure, & se repente, & s’amande à la fin. (Mis., p. 23, v. 104-106).

Toutefois, le faible esprit humain ne peut qu’accueillir ces fugitives visions qui

(…) tout soudainement de [ses] yeux s’en voll[ent]
Comme une poudre au vent, ou comme une fumée
Qui se joüant en l’air, est en rien consumée (Cont., p. 60, v. 445-448).

Seuls quelques « hommes bien nés, qui sont aymés des cieux. » (Resp., p. 162, v. 898) peuvent, parfois, les saisir et les comprendre. Sans la grâce divine, on peut les ignorer ou mal les interpréter.

c. L’impossible accès à la vérité

On pourrait s’étonner, dans ces conditions, que Ronsard tourne en dérision un adversaire qui « pens[e] vrais les vers dont [il se] joüe » (Resp., p. 163, v. 919-920) ou qu’il déclare sans ambages :

Ny tes vers ny les miens oracles ne sont pas,
Je prends tanseulement les Muses pour ébas,
En riant je compose, en riant je veux lire,
Et voyla tout le fruit que je reçoy d’escrire,
Ceux qui font autrement, ils ne sçavent choisir
Les vers qui ne sont nés sinon pour le plaisir.
Et pour ce les grands Roys joignent à la Musique,
(Non au Conseil privé) le bel art Poëtique. (Resp., p. 163, v. 921-928).

Ni prophétique, ni politique, le furor poétique serait donc dévolu au plaisir. Voilà qui a de quoi surprendre, lorsqu’on lit les œuvres politiques de notre corpus, émaillés de songes et de visions qui ne sont pas tous, on l’a vu, à mettre au compte des insensés réformés. Faut-il lire, dans cet extrait du dernier des discours, un repentir, Ronsard regrettant de s’être laissé prendre au leurre d’un engagement qu’il avait longtemps retardé et qui lui a attiré les foudres d’adversaires belliqueux ? Il semble plutôt que Ronsard s’inscrive ici dans la logique de la mesure propre au sage : se sachant incapable d’accéder à la vérité immédiate du monde céleste, l’homme peut certes, de sa place, s’ouvrir aux images que lui envoie l’inspiration divine mais ne peut, sous peine d’orgueil, prétendre à aucune certitude rationnelle quant à leur vérité, et ce d’autant plus que toute image n’est pas divine. L’harmonie musicale des vers du sage poète, fruit du travail de sa raison et de la puissance imaginative de sa fureur, peut simplement tenter d’entrer en accord avec la musique du Cosmos. Mais seules la foi et l’acceptation joyeuse d’un monde où tout est à sa place est susceptible, en fin de compte, de conduire, sinon à la vérité, tout au moins à une forme de sagesse humaine.

*

Ainsi la question des rapports entretenus par les notions de raison et de folie dans les discours politiques de Ronsard paraît à la fois capitale et complexe. Si le contexte polémique de ces écrits de 1560-1563 engage d’abord à considérer que les catholiques seraient rationnels alors que leurs adversaires réformés ne seraient que des fous, cette lecture simplificatrice est bien vite remise en cause par le point de vue des réformés qui se fait indirectement entendre dans les œuvres et inverse la classification. L’opinion, erreur de jugement qui se donne des allures rationnelles est une folie, mais une folie cachée qu’il convient de mettre au jour. En outre les réformés sont loin d’être tous fous, au sens médical du terme, et l’usage perverti qu’ils font de leur raison doit être dénoncé. Pour cela le poète emploie certes les moyens de la raison, argumentant et exhibant son savoir en même temps que sa logique, mais il se sait aussi animé par le souffle d’une folie positive, celle du furor poétique dont il défend les vertus. En effet, l’imagination, avec ses songes, ses démons et ses visions, est une part capitale de la condition humaine. Elle fait le pont entre le corps et l’âme des hommes. Il convient donc d’accepter, lorsqu’elle est guidée par la foi. Ni Ronsard ni ses adversaires ne sont en mesure de trouver avec certitude la vérité, que Dieu seul connaît. Chaque homme a en lui une part de raison et une part de folie. Mais, pour notre poète, ce n’est qu’en acceptant sa place dans le monde et en ne bouleversant pas son ordre fortement hiérarchisé, que l’on peut espérer recevoir la « grâce » divine qui accorde une bonne raison comme une bonne folie à ses élus.


Pour citer cet article : Claire Sicard, "Leçon. Raison et folie dans les Discours de Ronsard [2009]," Le Marquetis de Claire Sicard, 2 avril 2021, https://clairesicard.hypotheses.org/546, article consulté le 10 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search