Étude de l’élégie à Guillaume Des Autels de Ronsard [2014]

Note à destination d’étudiants de L2 dans le cadre d’un cours sur « Littérature et guerres civiles », donné à l’Université de Paris-Sorbonne nouvelle en 2014.


Jacques Tortorel , “L’entreprise d’Amboise, découverte les 13, 14 et 15 mars 1560”, gravure s.l., s.n., s.d. [source : Gallica].

1. Commentaire du titre de l’élégie sur les troubles d’Amboise, adressée à Guillaume Des Autels charolois
Élégie 

Genre antique, associé à la déploration, au deuil. Chez Ronsard, un lien fort entre élégie et épître.

Troubles d’Amboise

Événement de la mi-mars 1560 également désigné sous les noms de tumulte ou de conjuration d’Amboise. Il s’agit d’un coup d’État manqué.

→ Henri II est mort quelques mois auparavant, en juillet 1559. Son fils, François II, lui succède alors qu’il n’est qu’adolescent, de santé fragile qui plus est. Il est marié à Marie Stuart, dont les oncles sont les très catholiques (et très puissants) Guise – François, le guerrier, et Charles, le cardinal. Ces deux hommes exercent une grande influence sur le jeune roi.

Les réformés souhaitent le soustraire à cette emprise. Pour cela, ils sollicitent d’abord l’aide de deux princes du sang favorables aux idées nouvelles, Antoine de Bourbon et le prince de Condé. Mais s’ils sont acquis à la réforme, ils n’en demeurent pas moins hommes de la cour : ils se refusent à entrer dans un conflit ouvert et à apporter leur soutien à cette cause. Des gentilshommes réformés de province décident donc d’organiser eux-mêmes un complot pour s’emparer du roi et de sa famille. Jean Du Barry prend leur tête. On trouve notamment à ses côtés Jean d’Aubigné, le père d’Agrippa qui est un tout jeune garçon à cette époque et qui accompagne son père [voir ici].

Les conjurés se réunissent à Nantes le 1er février 1560. Mais les Guise sont avertis de l’existence d’un complot. Ils décident de protéger le roi en organisant un changement de résidence (la cour est encore itinérante au XVIe siècle) : la cour était alors au château de Blois, elle déménage à Amboise car le château est mieux protégé. Au lieu de renoncer, les conjurés décident de s’adapter à cette nouvelle situation. Ils attaquent Amboise, mais sont violemment réprimés : ils sont pendus aux murailles du château, noyés dans la Loire, massacrés par la foule. Jean Du Barry, quant à lui, est coupé en morceaux. On dénombre en tout plus d’un millier de morts en deux jours (16/17 mars 1560).

Guillaume Des Autels, charolois 

Jeune avocat (voir la référence à “la loy” au v. 1 de l’élégie) d’origine bourguignonne (c’est une pratique courante que d’associer les noms des poètes à leurs régions – Du Bellay Angevin, Ronsard Vendômois, Charles Fontaine parisien…). Il a commencé sa carrière dans le milieu lyonnais. C’est un admirateur de Marot (cf. Le moys de May). Il s’oppose à Du Bellay au moment de la Deffence et Illustration de la langue françoyse, 1549 (cf. Réplique aux furieuses défenses de Louis Meigret c. 1550-1551). Il se lie toutefois à la nouvelle génération de poètes, tout en conservant une position assez mesurée qui lui fait souhaiter des rapprochements entre les nouveaux venus (Ronsard, Du Bellay etc.) et les bons poètes de la génération précédente (cf. notamment ses interventions en faveur de la réconciliation de Ronsard et de Mellin de Saint-Gelais : Guillaume Des Autels, « De l’accord de messieurs de Saingelais, et de Ronsart. 10. Façons à tour et retour », Amoureux Repos de Guillaume des Autelz Gentilhomme Charolois, Lyon, 1553, f. Iij r° – f. Iiiij r°).  On peut relever une certaine ambiguïté de Ronsard à son égard : il le nomme dans ses poèmes mais peut, dans certaines réécritures, effacer son nom au profit d’un autre, quand l’occasion se présente. C’est en quelque sorte un membre de la Pléiade sur siège éjectable. Proche des Guise, Des Autels a publié sa Harengue au peuple françois contre la rebellion (1560).

Dans cette élégie, Ronsard place son nouvel engagement sous le signe de la fermeté, mais aussi de la mesure et de la modération. Il articule l’évocation des circonstances historiques à des préoccupations plus personnelles.

Retour en haut de la page


2. Structure de l’élégie à Des Autels

Plan

Ouverture, v. 1-48
  • De la nécessité de combattre par les livres, v. 1-40
  • Introduction de la notion d’erreur partagée, v. 41-48
I. Des fautes partagées, v. 49-112
  • Celles des réformées, v. 49-76
  • Celles des catholiques, v. 77-112
II. Une situation paradoxale, v. 113-156
  • Un premier paradoxe : inversion du rapport entre valeur de la cause et valeur de sa défense, v. 113-126
  • Transition, v. 127-142
  • Un second paradoxe : résister aux attaques de l’étranger pour finir par succomber à ses frères, v. 143-156
III. Adresse critique à la France, v. 157-198
  • La France est punie pour avoir mal traité ceux qui lui sont dévoués, v. 157-170
  • La France n’écoute pas ses prophètes, v. 171-198
IV. Les conséquences : la crise d’Amboise, v. 199-226
Conclusion : prière adressée à Dieu, v. 227-244


Ouverture, v. 1-48 
  • De la nécessité de combattre par les livres, v. 1-40

Comparaison armes / livres en faveur des livres. Perspective d’emblée modérée.

  • Introduction de la notion d’erreur partagée, v. 41-48

Recours à des références antiques – Iliade, début du chant XXI – (cf. rapport de Ronsard au modèle antique) pour introduire cette idée. Translatio : analogie établie entre la situation des Grecs et des Troyens et celle des Catholiques et des Réformés.

Retour en haut de la page

I. Des fautes partagées, v. 49-112
  • Celles des réformées, v. 49-76

Noter l’usage de l’anaphore “Ilz faillent”, v. 49, 53, 54, 59, 63. Elle rythme le propos et souligne son organisation. Mais elle évoque aussi le style biblique. Elle marque enfin, par l’effet de martèlement, la force de la condamnation de Ronsard.

Quelles sont les fautes des réformés ?

  1. Référence à la tentative de coup d’État qui suscite l’écriture, v. 49 (“renverser nostre empire”)
  2. Plus largement, les réformés sont coupables de s’en prendre à l’ordre ancien (“la loy des vieulx”, v. 52), ce qui est une manifestation d’hybris (cf. “orgueilleux”, v. 51).
    → NB. Question épineuse de l’orgueil de Ronsard. Voir ma notice, dans le Dictionnaire Ronsard, dir. François Rouget, Paris, Champion.
  3. Surtout, Ronsard condamne le fait que cette rupture avec “le chemin de leurs peres” se fasse “Pour ensuyvre le train des sectes etrangeres” (53-54). La rime souligne l’opposition entre les deux espaces. Noter aussi l’analyse du poète quant aux sources du conflit : il s’agit certes de dissensions intestines, mais elles ont une origine étrangère (à mettre en relation avec les analyses des v. 143-156).
  4. Les réformés se rendent coupables de troubles à l’ordre public par l’utilisation qu’ils font de l’écrit. On retrouve ici le propos de l’ouverture de l’élégie, et notamment celui du v. 19 : v. 55, “l’ennemy par livres a seduict” – référence aux libelles et placards des séditieux.
  5. Retour sur l’orgueil via la métaphore de la vue et de la cécité. Cf. v. 59-60 : “aveuglez”, “yeux”. Cela permet d’aborder plus explicitement la notion d’erreur : cf. “forvoyez”, “doctrine humaine et corrompue”, qui s’oppose à la doctrine divine.
  6. Mise en avant d’un argument, la durée et l’assise de l’Église, v. 65 : “depuis neuf cents ans”. La réforme, au contraire, est récente. Par ailleurs, les membres de l’Église constituent un groupe massif et indistinct (cf. “mille docteurs”), solide par là-même car dépassant la mise en avant d’individus spécifiques. À cela s’oppose le syntagme “Luther seulement” où l’adverbe placé à la rime souligne le contraste, la disproportion entre les deux camps [Référence aussi au langage du village évangélique analysé par Isabelle Garnier (usage marqué de “seul”, “seulement”…) : Ronsard sait user de la langue du camp adverse]. Cela donne l’impression que seule l’Église catholique est légitime en tant qu’institution (nombreuse, durable vs. hommes isolés, depuis peu). Ronsard introduit par ailleurs la liste des “sectaires” : Bucere, Zvingle, Calvin sont regroupés au v. 68. Ce sont des “hommes séditieux”. Ils sont peu nombreux, mais mettent en avant ce qui les distingue des autres. Pas d’unité comme dans l’Église.
    Les questions rhétoriques des v. 71-76 mettent en valeur l’absurdité du raisonnement de la prétendue révélation de Luther.

⇒ Ces 27 vers critiquent donc très fermement l’ennemi. Mais la modération de Ronsard s’exprime par un effet de balancier. À cette critique de l’adversaire, succède en effet une critique des fautes de l’Église elle-même : il convient de reconnaître que les fautes sont partagées. La position adoptée par le poète est donc contrastée et modérée.

  • Celles des catholiques, v. 77-112

Question de l’équilibre textuel de l’énoncé des fautes des deux camps :

  1. Certes, “Nous faillons aussi” n’est répété que deux fois, v. 77 et 79, tout comme “Que diroit [Saint-Paul / il]”, v. 87, 95 (noter l’importance de Paul pour les réformés). De ce fait, le procédé de l’anaphore, employé de façon insistante dans la section précédente, paraît plus léger ici.
  2. Par ailleurs, ce sont cinq fautes (contre six précédemment) qui sont pointées du doigt, et encore sont-elles toutes liées, peu ou prou, à une faute principale : un rapport coupable à l’argent. C’est une critique topique de l’Église depuis le Moyen Age. Elle est particulièrement forte chez les humanistes ouverts aux idées évangéliques : cf. Marguerite de Navarre dans l’Heptaméron ou encore Rabelais, Marot…). Ronsard s’inscrit dans une tradition satirique bien établie qui peut être entendue par les deux camps, réformés comme catholiques modérés.
  3. Mais il faut aussi noter que ce sont 36 vers (contre 27 précédemment) qui sont consacrés à l’énoncé des fautes des “papistes”.

Quelles sont ces fautes ?

  1. On peut reprocher aux papes de s’être éloignés de leurs ouailles et de leur mission première de prêche.
  2. Les trafics des biens de l’Église sont condamnés.
  3. Le poète aborde la question de l’enrichissement des prélats sur le dos des fidèles. Voir la métaphore du troupeau tondu, v. 88-90 : un glissement s’opère de l’image biblique du berger conduisant son troupeau, le guidant, à celle d’un berger qui tire profit de son troupeau. Les prélats sont dévoyés.
  4. Les mœurs des prélats sont mises en cause : ils ne prient pas (v. 91), ont un goût coupable pour les riches vêtements (v. 92), comme n’importe quel laïc, ils jouent le jeu de la cour et celui de l’amour (v. 92) aimant chasser et frayer avec des femmes. Tout cela, condamnable sur un plan de la religion, l’est aussi sur celui des dépenses que pareille attitude engendre.
  5. Les membres de l’Église dont “riche[s]”, “gras”, “hautain[s]”, ce qui s’oppose à l’emploi de “pauvre”, “humble” et de “martyr”. Ils font preuve d’un coupable orgueil. Retour à Saint-Paul, v. 105 : il se “repentiroit” d’avoir contribué à la mise en place de pareille institution.

→ Ce constat amène à préconiser, v. 109-114, des corrections. Mais elles doivent venir de l’intérieur de l’Église. C’est donc bien une concession nette aux Réformés, sans pour autant que les deux camps soient absolument renvoyés dos à dos.

Retour en haut de la page

II. Une situation paradoxale, v. 113-156

Ronsard propose alors un diagnostic de la situation, placé sous le signe d’un double paradoxe et introduit par la question du v. 113, “Quelle fureur nouvelle a corrompu nostre aise ?”. Chacune des étapes de la réflexion est à son tour introduite par un marqueur élégiaque : “Las !” en ouverture des v. 114, 127 et 143.

  • Un premier paradoxe : inversion du rapport entre valeur de la cause et valeur de sa défense, v. 114-126

“Las !” ce qui est à déplorer s’exprime par le biais d’un chiasme :

  • la cause des Luthériens est mauvaise mais leur défense est bonne
  • la cause des catholiques est bonne mais leur défense est mauvaise
  • Transition, v. 127-142

“Las ! pauvre France, helas !” : le v. 127, adressé à la France, accentue la déploration. Ces vers opèrent par ailleurs une transition du premier paradoxe au second en soulignant que l’un découle de l’autre. Les dissensions introduites par les réformés corrompent l’union, et la guerre civile se profile, ce qui conduit à un second paradoxe.

  • Un second paradoxe : résister aux attaques de l’étranger pour finir par succomber à ses frères, v. 143-156

Le poète énumère en une longue liste les ennemis extérieurs de la France pour arriver à un constat, v. 156 : le royaume a résisté à l’ennemi étranger mais va succomber aux coups venant de l’intérieur. En un effet de crescendo, on distingue deux temps pour parvenir à cette effroyable conclusion (d’abord v. 143-146, puis 147-156).

→ Une situation de mundus inversus qu’on ne peut donc que déplorer, mais qui est toutefois légitimé par la punition divine. Ce sont des fautes dont elle est responsable que la France paie là.

Retour en haut de la page

III. Adresse critique à la France, v. 157-198

Le poète se tourne donc vers l’allégorie de la France. Derrière celle-ci, ce qui est visé, c’est bien le pouvoir royal. Ce détour est nécessaire pour formuler une critique qui est sévère.

  • La France est punie pour avoir mal traité ceux qui lui sont dévoués, v. 157-170

Ronsard repart du second paradoxe : la France traite mal ceux qui lui sont dévoués. Voir l’opposition, au v. 159 entre “marâtre” et “mère”. C’est une manière pour le poète de ramener la situation – comme au début du texte – à une de ses préoccupations personnelles fréquemment exprimée : les Grands ne sont pas assez attentifs et protecteurs à l’égard des poètes. Cela passe par la mise en avant (v. 163) de la figure du dédicataire principal, Guillaume Des Autels, pourtant laissé en arrière-plan dans la majeure partie du poème. Mais derrière Des Autels, se profile aussi (et peut-être surtout ?) le propre cas de Ronsard lui-même.

  • La France, nouvelle Cassandre qui n’écoute pas ses prophètes, v. 171-198

Les prophètes du royaume de France rejouent le rôle de Cassandre. Évocation ici de l’astrologie :

  • Sur le rapport complexe de Ronsard à l’astrologie, voir l’Hymne des Astres : Jean Dagens, (“Du Bartas, humaniste et encyclopédiste dévot”, Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1958, n°10, p. 17) y voit “une curieuse transposition mythologique de l’astrologie chrétienne orthodoxe”. Il considère que cette pièce “est un excellent exemple de cette théologie poétique qui parle des choses divines sous le voile de la fable”, (Ibid.).
  • Opération de séduction de Catherine de Médicis qui a une passion pour cette pratique.
  • Référence à Nostradamus (v. 176), allusion v. 187-195.

→ Le malheur a des signes avant-coureurs qui n’ont pas été reconnus.

Retour en haut de la page

IV. Les conséquences : la crise d’Amboise, v. 199-226

L’ensemble de ces points criticables expliquent le sort de François II à Amboise, évoqué sur le mode de l’allusion v. 199-226. Il convient de noter la prudence de Ronsard : l’anaphore de “ny” met tout de même en valeur les qualités du Prince, de sa famille et de son entourage. Cf. v. 211-225 l’éloge de François et de Charles de Guise qui s’oppose à la condamnation du “vulgaire mutin”.

→ Ronsard tient ici une position subtile et encore modérée : il sert son roi et se place clairement dans le camp de la monarchie catholique, mais cela ne l’empêche pas, avec précaution (par le détour par l’allégorie de la France, le maintien de l’éloge des princes…) mais de façon néanmoins claire, de jouer le rôle qu’il considère être celui d’un poète dans la cité, en l’occurrence dire aussi la part de responsabilité du pouvoir dans la situation terrible qui est en train de se mettre en place.


Retour en haut de la page

Conclusion : prière adressée à Dieu, v. 227-244

Le vers 227 s’ouvre sur cette apostrophe, “O seigneur tout puissant !”. Le poète met en avant son humilité. Il se fait intercesseur, demandant humblement la protection divine pour autrui, en l’occurrence les Guise, pour lesquels il se déclare sans ambiguïté, et pour leurs descendants. Il faut toutefois noter que le vers 234, par un jeu d’intertexte avec les pièces que Ronsard a composées au moment de sa querelle avec Mellin de Saint-Gelais, vient nuancer cette humilité affichée. Comme les Guise, menacés d’être “pincés”, Ronsard s’était dit “pincé par la tenaille de Mellin”. C’est une nouvelle fois une façon de ramener son propre cas, à la façon d’un filigrane, sur la scène d’un discours qui porte sur la situation française d’une part, et dans lequel il semble à première vue ne pas se mettre en avant.
Les deux derniers vers, qui évoquent les réformés mutins ne méritant pas de vivre, tranche avec la modération du reste du poème : la violence a tout de même sa place dans cette première prise de position.


SYNTHÈSE

Dans cette pièce, l’engagement est caractérisé par un mélange de fermeté, de clarté dans le choix de son parti mais aussi de modération : il convient d’accepter de voir qu’il y a des problèmes dans son propre camp. Cette perspective est servie par une organisation très rigoureuse de l’élégie qui expose les fautes des réformés comme des catholiques, suit une logique démonstrative proposant des clés pour comprendre une situation complexe mais dont les événements spécifiques (troubles d’Amboise, etc.) ne sont toutefois abordés que sur un mode allusif.

Cette posture, assez critique à l’égard d’un pouvoir qu’il sert pourtant, est en accord avec celle de Ronsard dès son entrée sur la scène poétique, en 1550, avant le conflit civil : le poète entretient avec le monde de la cour un rapport complexe. Il appartient à ce monde, cherche à s’y faire et à y maintenir sa place. Mais ce n’est pas un flagorneur. Il use même d’une stratégie étonnante, celle de la séduction par l’injure à l’égard de Henri II. Ici, la critique du pouvoir royal perce toujours, même si elle est toutefois enrobée, en un temps où il convient de resserrer les rangs.

On note une tendance de Ronsard à parler de lui, même lorsqu’il prétend s’effacer devant d’autres personnes, et même en ces circonstances inquiétantes. Certes, il est justifié de s’adresser à Des Autels :

  • c’est un partisan des Guise,
  • il s’est lui-même engagé dans le conflit,
  • il a adressé la pièce dans laquelle il le fait à Ronsard.

Mais quand Ronsard parle de lui, quand notamment il s’indigne que son destinataire ne voie pas son travail de poète reconnu, il énonce là des choses qu’il dit ailleurs pour lui-même et on comprend que ce qui vaut pour Des Autels vaut ici autant ou plus pour Ronsard. De façon plus surprenante, dans la prière finale, on reconnaît, en filigrane, sa propre figure derrière celle des Guise.

C’est que lui aussi, par-delà la différence de rang, figure ici un combattant. C’est avec sa plume qu’il se bat. Et c’est d’ailleurs, dans ce premier texte des Discours, encore modéré malgré les deux vers qui le concluent violemment, un combat de plumes qu’il préconise. Certes, les armes des Guise, à Amboise, ont été nécessaires. Mais pour lui, à cette date, ce qui se joue dans les troubles qui secouent la France et d’abord affaire d’idées, de mots, et il faut le régler par les livres.


Pour citer cet article : Claire Sicard, "Étude de l’élégie à Guillaume Des Autels de Ronsard [2014]," Le Marquetis de Claire Sicard, 4 avril 2021, https://clairesicard.hypotheses.org/464, article consulté le 29 mai 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search