Introduction à Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques [2014]

Note à destination d’étudiants de L2 dans le cadre d’un cours sur « Littérature et guerres civiles », donné à l’Université de Paris-Sorbonne nouvelle en 2014.

Portrait d'Agrippa d'Aubigné

Portrait d’Agrippa d’Aubigné, conservé à la BNF, département Estampes et photographie, N-2 [source : Gallica].

Ces notes au sujet d’Agrippa d’Aubigné et des Tragiques s’appuient notamment sur l’ouvrage de Frank Lestringant, Lire les Tragiques de F. Lestringant, Classiques Garnier et la communication de Jean-Charles Monferran (U. Paris-Sorbonne), « L’écriture de la violence dans Les Tragiques », prononcée le 14 décembre 2013 à la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) puis publiée dans Le Verger, bouquet VIII
Deux autres interventions de Véronique Ferrer et de Frank Lestringant ont également été proposées lors de cette journée d’étude portant sur le programme des épreuves de l’E.N.S. La rencontre – organisée avec le concours du Centre Saulnier, du CELLF et de l’U.F.R de littérature française et comparée de Paris-Sorbonne – était destinée aux enseignants et aux étudiants des classes préparatoires. Le texte de la première a également été publié dans le même numéro de revue :

*

1. Agrippa d’Aubigné : indications biographiques

Naissance le 8 février 1552, mort le 9 mai 1630. Pour une chronologie détaillée, voir ici.

  • La question du nom 

Comme souvent avec les noms de famille à particules, et notamment ceux dont le patronyme lui-même commence par une voyelle, on peut hésiter sur le caractère sécable ou insécable de la particule. En d’autres termes, faut-il dire Aubigné ou  d’Aubigné ? Les critiques eux-mêmes peuvent adopter selon les cas des positions différentes, mais il semble tout de même qu’il faille plutôt opter pour la particule sécable et donc l’appeler Aubigné.

Son prénom Agrippa vient du latin « aegre partus« , il le porte parce qu’il a été “enfanté avec peine”.

  • La condition sociale

Comme pour Ronsard et pour Montaigne sa famille fait partie de celles qui sont engagées dans la voie d’un anoblissement taisible.
– Par son père, Agrippa d’Aubigné est issu d’une famille de tanneurs-cordonniers de Loudun. Il accède à la noblesse par les charges (domestique, puis secrétaire, puis juge) et par le mariage, cf. ci-dessous
– Sa mère est issue d’une famille de la petite noblesse. Elle meurt en couches (à mettre en relation, mais sans excès, avec l’obsession de la mère déchirée dans Les Tragiques)

  • La première éducation

Dans cette mesure, il suit un parcours tout à fait classique, qui passe par une éducation humaniste. A 6 ans, il lit le français, le latin, le grec, l’hébreu. En 1562 (il a 10 ans), il a pour précepteur Matthieu Béroalde, écrivain et théologien réformé.

  • Une enfance dans la guerre

Mais les guerres civiles commencent dès la période de son enfance et Aubigné va très tôt se trouver confronté aux horreurs de la guerre. Dans sa mythologie personnelle, on note un épisode particulièrement traumatisant et présenté comme fondateur : à 8 ans (1560), il voit les décapités d’Amboise. 

Sur cet épisode, un téléfilm a été tourné en 1967 :  « Le serment d’Amboise ». Julien Goeury analyse cette production télévisuelle dans son article « D’Aubigné télévisé : un grand homme inutile », La fabrique du grand homme, Albineana, Cahiers d’Aubigné, 28, 2016, p. 139-154. Le film, quoique daté, reste intéressant à plusieurs titres. Il permet d’abord de réfléchir à l’utilisation qui peut être faite de données biographiques dans une « fiction historique ». Le romanesque se trouve nécessairement mis en avant. Or la vie d’Agrippa d’Aubigné n’en manque pas : son autobiographie en témoigne. Cette Vie à ses enfants « se lit comme un roman de cape et d’épée », rappelle Madeleine Lazard dans l’avant-propos de la biographie qu’elle consacre au soldat-poète (M. Lazard, Agrippa d’Aubigné, Fayard, 1998, p. 9).

Dès 1563 (11 ans !) Aubigné se mêle aux soldats. Son père meurt peu après. Il s’était remarié, avait eu d’autres enfants et le jeune Agrippa n’est pas le bienvenu dans ce foyer recomposé. Le voilà très vite sur les routes, en un parcours chaotique digne d’un héros picaresque, entre études (maître : Théodore de Bèze) et combats.

  • Aubigné le soldat

C’est à 16 ans qu’il prend pour de bon les armes dans les troupes dirigées par le prince de Condé. Plus tard, on le retrouve au service d’Henri de Navarre. Il ne déposera véritablement les armes qu’après l’abjuration de Henri de Navarre, en 1593 (41 ans).

  • Aubigné à la cour : des tentations

Période plus trouble entre 1572 et 1577 : après une grave blessure à l’automne 1572, il rejoint à l’été 1573 Henri de Navarre prisonnier à Paris et partage la vie de cour dénoncée dans les Princes (oisiveté, débauche, participation aux fêtes de cour, liens avec des catholiques, par exemple Henri de Guise : on a pu se demander si ces éléments ne témoignaient pas d’une conversion temporaire ?).

  • Fidélité à la Réforme, malgré tout

Toutefois, Aubigné continue à préparer l’évasion d’Henri de Navarre (le projet réussira en février 1576) et se montrera plus tard très sévère à l’égard de son prince quant aux compromis avec les principes, tant politiques que religieux, qui devraient dicter sa conduite. En particulier il tente par tous les moyens d’empêcher l’abjuration du 25 juillet 1593.

2. Conception des Tragiques
  • Arrière-plan politique

En fait, c’est apparemment la grave blessure reçue au combat de Casteljaloux, en 1577, qui le ramène à ces principes plus sévères (la faction des « Fermes » peut même en être déroutée). C’est à ce moment-là – où, pour la seconde fois de sa vie mouvementée, il voit la mort de fort près – qu’il entreprend, dans leur première ébauche, Les Tragiques. Mais si l’on a longtemps cru que Les Tragiques avaient été écrits au cœur des combats, en fait, la plus grande partie de l’œuvre est postérieure à l’Édit de Nantes (donc après 1598). Les Tragiques paraissent en 1616. Pour résumer : 

→ Œuvre conçue au terme de la phase la plus critique des guerres civiles quand le parti réformé commence à renaître de ses cendres après la décapitation de la Saint-Barthélemy (1572).
→ Œuvre publiée au moment de la Régence de Marie de Médicis, après la mort de Henri IV (1610) en un moment où les acquis précaires de l’édit de Nantes (1598) semblent devoir être remis en cause. De plus, on peut faire un parallèle avec le début des guerres civiles – quand Catherine, une autre Médicis, gouverne. Louis XIII pourrait apparaître comme un autre Charles IX (Lestringant p. 13 : « l’histoire bégaie »).

⇒ Horreurs de la guerre civile mais aussi désillusions de la paix.

  • Arrière-plan théologique

Une idéologie qui procède de l’œuvre doctrinale de Calvin.

  • Écriture sainte comme source unique de la doctrine
  • Rejet du culte des saints et de la vénération des reliques
  • Réduction du nombre des sacrements à deux, i.e. Baptême et Cène
  • Pas de purgatoire et de limbe des enfants
  • Restriction sémantique et spatiale du sacré : se creuse entre le pécheur et Dieu un abîme. Le corollaire de ce déséquilibre en faveur de la toute-puissance divine est le dogme de la prédestination qui interdit que l’homme coopère à ce statut. Cf. I, v. 42 (lire I, v. 35-42, p. 59)
    • Pas de moyen terme entre le salut et la damnation
    • Usage fréquent de la figure de l’antithèse en rapport avec cette conception.

Mais la pensée d’Aubigné est plus complexe et moins orthodoxe : « Pour animer poétiquement ce drame théologique et donner corps à l’abstraction calvinienne de la prédestination, Agrippa d’Aubigné va devoir construire un espace visuel qui trahit autant qu’il illustre le dogme réformé » (Lestringant, op. cit., p. 18). Cf. par exemple la présence d’intermédiaires entre le croyant et Dieu, sous la figure des « anges de lumière » III, 117 (p. 138). Aubigné renoue là avec un schéma de représentation traditionnel où les anges sont des intercesseurs.

→ L’impératif esthétique l’emporte alors sur la cohérence dogmatique de l’œuvre.
→ 
Les Tragiques n’illustrent donc pas scolairement un programme théologique tracé à l’avance.
→ On observe dans son œuvre un s
yncrétisme étonnant, sur le plan théologique comme sur le plan littéraire.

  • Sources des Tragiques et caractérisation de son style

Il s’agit d’une œuvre hapax : Lestringant p. 24 : « Ni par la forme, ni par le fond, Les Tragiques ne sont réductibles à un modèle antérieur. Sans antécédents réels, l’on sait aussi qu’ils devaient rester sans véritable postérité ».

Attention à l’utilisation de la notion de baroque longtemps employée pour caractériser le style des Tragiques mais désormais maniée avec prudence. Dimension « démodée » au moment du classicisme naissant qui fait l’actualité de la publication des Tragiques. Pour reprendre les termes de Jean-Charles Monferran c’est une « littérature anachronique et intempestive ».

L’écriture d’Aubigné paraît l’aboutissement de quatre traditions rhétoriques différentes :

  • le style simple, qui est celui de la Bible. Le style policé y est rejeté comme artificiel et paraît être du côté des catholiques. Tout au contraire, le style rugueux et âpre semble un gage de vérité. Le choix du style est donc polémique et permet de défendre une position résolument anti-catholique.
  • le style historiographique, qui est l’ennemi du style poétique. Pour reprendre les termes d’Aubigné lui-même, il s’agit d’un « style de mulet ».
  • la tradition rhétorique héritée du De Oratore de Cicéron. Un des manières du grand style tel qu’il le définit est précisément l’usage de mots rudes et âpres, de phrases sans euphonie. le modèle suivi est celui de Thucydide.
  • la tradition des grammairiens constitue une sorte d’anti-modèle. Pour Malherbe (c. 1555-1629) qui est l’exact contemporain d’Aubigné (1552-1620), le style doux est valorisé, au détriment du style rude. Ainsi, Aubigné se condamne à ne pas être de son époque : il est anti-malherbien, anti-civil, insoumis aux canons qui se mettent en place.

La poétique de celui que l’on a désigné sous le nom de « bouc du désert » est aussi une poésie anti-aulique. Aubigné opte pour un archaïsme du lexique, il abuse de ce qu’Etienne Pasquier appelle les « mots de partialité« . On est frappé par le bruit des vers, la cacophonie, les coups de butoir rythmiques.

Mais Les Tragiques ne se limitent pas à cette poétique annoncée. Jeanneret a pu parler des styles d’Aubigné, au pluriel. (Michel Jeanneret, « Les styles d’Agrippa d’Aubigné », Studi francesi, n° 32, 1967, p. 247-257). Il arrive aussi que l’on note un décalage entre une matière horrible et une manière subtile. Perrine Galand l’a défini comme un « maniérisme macabre ». Il est toutefois possible d’y voir des sources.

On laissera ici de côté le rôle de Ronsard, qui fera l’objet d’un prochain cours (voir ici).

  • Sources bibliques et religieuses :
    • Ancien Testament (Nouveau seulement à partir de Feux)
    • Littérature protestante contemporaine, en particulier les « Actes des martyrs » (cf. Frank Lestringant, « Témoigner au siècle des Réformes : le témoin et le martyr »)
  • Sources antiques et profanes
    • Lucain → ex. Misères v. 9-12 = trad. La Pharsale de Lucain, I, 185-189 // épopée historique.
    • Juvénal → surtout dans Princes. Voir par exemple le portrait du roi « hermaphrodite » II, v. 773-796 (Henri III) à mettre en relation avec le mignon Creticus dans Satire II, 66-109. Plus globalement, on retrouve l’esthétique de la satire avec de la truculence et une verve haineuse.
    • Ovide → empreinte plus diffuse que celle des précédents. Cf. par ex. Chambre dorée, v. 279-282 avec l’allégorie de l’Envie qui dévore les serpents, Métamorphoses II, 760-815.
  • Structure des Tragiques

A/ Fresque des misères présentes brossée dans Misères, Princes et La chambre dorée (I à III)

  • Misères : évocation de la patrie déchirée et agonisante
  • Princes et Chambre dorée :

i. satire des vices de la cour des derniers Valois
ii. satire des turpitudes de la Justice

→ un univers dénaturé

B/ Apogée de l’intensité tragique dans une énumération de supplices (IV et V – Feux et Fers)

C/ Accomplissement de la volonté divine dans l’Histoire puis hors de l’Histoire (VI et VII – Vengeances et Jugement)

En somme :

  • les cinq premiers livres mettent en scène un déséquilibre croissant en faveur de Satan
  • vs les deux derniers livres dans lesquels on observe toujours un déséquilibre mais cette fois en faveur de Dieu (célébration de son triomphe et de sa gloire).

Pour citer cet article : Claire Sicard, "Introduction à Agrippa d’Aubigné, Les Tragiques [2014]," Le Marquetis de Claire Sicard, 4 avril 2021, https://clairesicard.hypotheses.org/451, article consulté le 11 mai 2021.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search