Le rapport d’Aubigné à Ronsard [2014]

Note à destination d’étudiants de L2 dans le cadre d’un cours sur « Littérature et guerres civiles », donné à l’Université de Paris-Sorbonne nouvelle en 2014.

Agrippa d’Aubigné est un admirateur de Ronsard mais aussi de ceux que l’on nomme communément les poètes de la Pléiade. Il en va ainsi de Jodelle : Aubigné est presque le seul à saluer son talent en 1573, au moment de sa disgrâce puis de sa mort.
Aubigné entre dans la carrière poétique avec une génération de retard sur ces poètes de la Pléiade, dont il se veut néanmoins l’héritier. On le voit notamment dans…

  • l’épître “Aux lecteurs” (de rédaction tardive) : Aubigné y dit son attachement aux principes de la Deffence et Illustration de la langue françoise, que réaffirmait Ronsard dans la préface de la Franciade. Il prend parti contre les délicatesses maniérées de l’italianisme dominant, défend un style simple, l’usage de termes familiers et dialectaux, contre le style “doux-coulant” des disciples de Desportes. Toutefois, ce style simple n’a pas constamment été celui des poètes de la Pléiade (notamment à leurs débuts). C’est davantage pour Aubigné le moyen de refuser la poétique de son temps que de s’inscrire dans une tradition ronsardienne qu’il ferait sienne. Aubigné peut à bon droit paraître solitaire en poésie comme il l’était en politique.
  • l’Histoire universelle : Agrippa d’Aubigné rend hommage non pas tant au poète qui sert la monarchie dans des fêtes royales (voir la remarque acide de la p. 226, au sujet d’événements de 1575 –

La Roine Elizabeth estant approchee, Monsieur frere du Roy accompagné de plusieurs Princes et Seigneurs, va au devant d’elle jusques dans la Giposque : à Sainct Sebastien se trouva le Duc d’Alve, portant au Roy l’Ordre de la Toison d’Or, comme cause de son voyage. Le Roy receut sa sœur sur la frontiere ; la Roine ayant passé l’eau pour embrasser sa fille premierement. Tout ce que la France (pleine de bons esprits) put marier d’inventions à la despence, fut employé à Bayonne ; si bien que les plus subtils et deffians ne pouvoient estimer que les Grands eussent lors autre intention qu’à telles voluptez. On n’avoit pas oublié Ronsard pour faire les vers qui furent prononcez en diverses entreprises. Presque tous les Historiens, et entre ceux là Jean Baptiste Adrian, qui avoit entre les mains les chriffres 〈sic〉 et secrets du Duc de Florence, ont voulu, comme d’un consentement, que là ayent esté projettées les guerres des Païs bas et les massacres qui ont depuis ensuivi : que là se soit establie une correspondance spirituelle entre les Royaumes, et la leçon d’un chacun prise sur les accidens p. 226)

– que, plus étonnamment dans la mesure où ils appartiennent à des camps opposés, au combattant qu’a pu ponctuellement être Ronsard : c’est, selon ses termes, un « Gentilhomme de courage, et à qui les vers n’avoyent pas osté l’usage de l’espée » (Aubigné, Histoire Universelle, 1616, p. 143).

  • le recueil du Printemps : ce recueil est clairement un recueil pétrarquiste dans la lignée du premier recueil des Amours de Ronsard (1552/1553), même si le style d’Agrippa d’Aubigné est déjà plus violent. Aubigné y chante Diane Salviati, qui est la nièce de la supposée Cassandre chantée dans les Amours par Ronsard. Il contribue d’ailleurs lui-même à cette identification de la première muse ronsardienne, notamment dans ce sonnet :

Ronsard si tu as su par tout le monde épandre
L’amitié, la douceur, les grâces, la fierté,
Les faveurs, les ennuis, l’aise et la cruauté,
Et les chastes amours de toi et ta Cassandre,

Je ne veux à l’envi pour sa nièce, entreprendre
D’en rechanter autant comme tu as chanté,
Mais je veux comparer à beauté la beauté,
Et mes feux à tes feux, et ma cendre à ta cendre.

Je sais que je ne puis dire si doctement,
Je quitte de savoir, je brave d’argument,
Qui de l’écrit augmente ou affaiblit la grâce.

Je sers l’aube qui naît, toi le soir mutiné,
Lorsque de l’Océan l’adultère obstiné,
Jamais ne veut tourner à l’Orient sa face.

Pour reprendre les termes de Frank Lestringant (Lire Les Tragiques, p. 36), il y a là un “rêve d’identification à l’illustre aîné”.

Ajoutons que certains, parmi les premiers lecteurs catholiques des Tragiques, ont pu considérer que les Discours préfigurent certains des tableaux des “Miseres”, livre dont le titre, assurément, se souvient de Ronsard.

*

Toutefois, Frank Lestringant considère que les Discours “constituent à peine un précédent” pour Les Tragiques. Il défend cette position en faisant notamment valoir que les Discours proposent un modèle de poésie engagée qui décrit à chaud le spectacle des malheurs et dénonce les coupables présumés du désordre, alors que Les Tragiques, composés a posteriori, sont traversés par un souffle prophétique. Pour le critique, Les Tragiques sont paradoxalement davantage les “discours” de la Réforme que ceux de Ronsard ne le sont du catholicisme. Voir également les pages que Marcel Raymond consacre aux Tragiques dans L’influence de Ronsard sur la poésie française (1550-1585).

Lestringant considère qu’il y a une parenté plus étroite entre Les Tragiques et les Hymnes de Ronsard qu’Aubigné appréciaient particulièrement et que continuent d’une certaine manière les Discours. Pour Albert Py (cité par Lestringant, p. 36), les deux ouvrages peuvent être qualifiés de “Chant de l’immanence divine, […] ils préparent le lecteur, par la célébration et la transe, par l’élévation vers le sublime et par l’effroi sacré, à la venue de Dieu, cet adventus Dei qui prend chez Aubigné des couleurs d’apocalypse”.

Dans le détail des Tragiques, d’un point de vue stylistique, on note finalement peu d’éléments proprement ronsardiens. La satire anti-aulique des “Princes”, par exemple, s’inscrit davantage dans la lignée des Regrets de Du Bellay. Pour Lestringant, entre le style et les motifs de Ronsard et ceux d’Aubigné, il y a “des proximités ponctuelles qui font surtout éclater des différences”. On peut toutefois noter certaines images frappantes, par exemple celle de la tempête (topique, toutefois), ou encore celle des familles sens dessus dessous (mais là encore : topos satirique du mundus inversus), par exemple. D’un point de vue prosodique, les vers d’Agrippa d’Aubigné sont plus “lâches” (F. Lestringant) que ceux de Ronsard :

  • césures d’Aubigné moins marquées que celles de Ronsard,
  • déplacement plus fréquents d’accents
  • cascades d’enjambements

Au bout du compte, pour Lestringant, dans Les Tragiques, Aubigné est plus proche des Psaumes (dont il reproduit les constructions parallèles et la libre parataxe) que de la facture prosodique des poètes de la Pléiade en général. NB. Les Psaumes ont été traduits en français par Clément Marot et Théodore de Bèze.

Ainsi, “l’allégeance prêtée d’entrée de jeu au Vendômois et à sa troupe bénie des Muses fait ressortir par constraste l’originalité d’une vision et d’une forme anachronique en leur temps” (F. Lestringant, op. cit.)


Pour citer cet article : Claire Sicard, "Le rapport d’Aubigné à Ronsard [2014]," Le Marquetis de Claire Sicard, 4 avril 2021, https://clairesicard.hypotheses.org/448, article consulté le 30 novembre 2021.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search