Étude de la structure de “La Chambre dorée”, livre III des Tragiques d’Agrippa d’Aubigné [2014]

Ces notes sur la structure du livre III des Tragiques, “La Chambre dorée” ont servi de support à un cours de L2.

Pieter Bruegel l’Ancien, “La tour de Babel”, 1563, Kunsthistorisches Museum, Vienne (source : WGA).

Notre impression initiale est celle d’une linéarité du livre, sur le mode d’une énumération voire d’une litanie. Il s’agit pourtant d’un tableau très composé qui joue certes de la reprise des structures mais en ménageant une progression et d’intéressantes variations.

I. Ouverture : au ciel (v. 1-122)

Le livre III des Tragiques s’ouvre sur une première scène allégorique. Les allégories (Justice, Piété, Paix) sont positives. Maltraitées sur la Terre, elles viennent les unes après les autres – dans un mouvement ascensionnel – se plaindre à Dieu de leur situation.

Construction de la séquence :

  1. v. 1-32 : Description du « palais » où siège Dieu, entouré des Anges. Tableau en mouvement.
  2. v. 33-78 : les « Acteurs » – présentation successive des trois allégories et prosopopée.

a. v. 33-54 : Justice

i.     v. 33-40 : Description, pouvant évoquer une didascalie.
ii.     v. 41-54 : Prosopopée. L’allégorie s’adresse à Dieu, qui ne répond pas. Le ton est pathétique.

b. v. 55-68 : Piété

 i.     v. 55-62 : Description, pouvant évoquer une didascalie.
ii.     v. 63-68 : Prosopopée. L’allégorie s’adresse à Dieu, qui ne répond pas. Variation par rapport à l’allégorie précédente : plus de colère que de plainte.

c. v. 68-78 : Paix

i.     v. 68-69 : Description, pouvant évoquer une didascalie. Noter toutefois qu’elle est beaucoup plus courte que les précédentes (impression de structure répétée mais avec des variations dans le mode de reprise).
ii.     v. 69-78 : Prosopopée. L’allégorie s’adresse à Dieu, qui ne répond pas. Prise de parole moins marquée par l’émotion, plus factuelle que les précédentes.

  1. v. 79-108 : Le Chœur des Anges

a. v. 79-84 : Réaction des anges aux propos entendus (mode didascalique) et, plus discrètement, de Dieu.

b. v. 85-108 : Prise de parole chorale des Anges. Le chœur unifie les paroles des trois allégories précédentes et, sur un ton de reproche, appelle à la réaction divine. Noter ici l’expression, v. 103 « tes patients témoins » (à mettre en relation avec ce que Frank Lestringant dit du témoin et du martyr dans la tradition protestante).

  1. v. 109-122 : Tableau tragique. Les anges intercesseurs présentent à Dieu « mille âmes » éplorées. Insistance sur la clarté qui se dégage de ces « purs », mais aussi sur leurs cris, leurs pleurs. La mention des feux, des cordes, des couteaux rappelle crûment toute l’horreur terrestre. Ce tableau produit un effet sur Dieu à v. 122 « Firent des yeux de Dieu sortir l’ire allumée ».
⇒  Dans ce premier temps du livre, on remarque un entrelacement entre :
    1. figures allégoriques (Justice, Piété, Paix),
    2. bibliques (Dieu et les anges)
    3. et humaines (masse des victimes).

Transition, v. 123-138. Par le biais d’une analogie (le bon roi vengeant la veuve éplorée) est ménagée une transition du ciel vers la terre, où va se dérouler le second temps du livre. On note également le retour en fin de livre du motif du roi et de la veuve, cette fois de façon négative, v. 794 : c’est un élément de structuration du livre.

II. Sur terre : le règne du mal (v. 139-688)

La construction accompagne le regard du lecteur / spectateur, qui voit par le regard de Dieu. Il s’agit d’une structure en entonnoir qui descend du ciel, se focalise sur un palais, puis une salle de celui-ci (la Chambre dorée) et s’attarde, en une vision panoramique, sur chacun des personnages qui s’y trouve. On observe ensuite

  • un élargissement spatial à la situation de l’Europe
  • sur le plan des personnages en présence >Dieu, puis allégories, puis hommes.
  1. v. 139-232 : Dieu découvre le désastre

Réaction divine dont il faut noter qu’elle passe toujours par les yeux (voir en particulier, v. 140, 150, 163, 165, 171, 172, 173, 175).

a. v. 139-160 : Dieu terrible et vengeur. Courroux divin, apocalyptique. Séparation des bons et des méchants.
b. v. 161-186 : Sous l’œil insistant de Dieu, apparition d’un décor terrestre. C’est le fameux palais où se trouve la chambre dorée qui donne son titre au livre. Beau à première vue (cf. tours, pavillons dorés, château, lustre, éclat), il est en réalité le symbole de l’horreur, perceptible pour peu que l’on s’approche (voir les matériaux qui le composent : os, crânes humains, cendres, sang, moëlle).
c. v. 187-226 : Renforcement de l’horreur par l’analogie avec le mythe de Lycaon. Les juges sont canibales. Ils dévorent enfants, orphelins. Scène d’orgie épouvantable et horrifiante, marquée par une esthétique baroque et morbide.
d. v. 227-232 : Bilan éclairant le sens à donner à cette vision symbolique de l’état de la Justice terrestre.

  1. v. 233-512 : Entrée dans la chambre, scène allégorique.

Cette fois, les allégories sont négatives, et plus nombreuses. Elles ne parlent pas. On en compte 31 en tout, présentées là encore à la façon d’une litanie, malgré quelques menues variations.

  • Le passage s’ouvre et se clôt sur l’allégorie qui unifie et domine cette cour des miracles de la bassesse humaine, Injustice (v. 233-248, puis mention en guise de transition au v. 514).

o   Mention de son « regard » (voir dans le tableau ci-dessous l’insistance sur le sens de la vue et l’expression des yeux ou de l’œil. À mettre en relation avec le regard de Dieu).

o   Elle trône sur la Chambre dorée comme une sorte d’anti-Dieu.

o  Elle est entourée d’une mauvaise compagnie d’allégories (ironiquement qualifiée de « liste de dieux » v. 359 – antiphrase mais quasi-blasphématoire) qui représentent les conseillers du Parlement.

  • Les allégories forment un tableau. Elles se présentent sur deux bancs.

o   Banc 1 : 13 présentes et nommées + 1 suggérée par périphrase (Folie) ;

o   Banc 2 : 14 présentes et nommées + 2 nommées, liées à une présente mais non incarnée dans la Chambre dorée

  • Discorde associée à Formalité
  • et Malheur associé à Crainte.

⇒ Jeu sur la symétrie (deux bancs de 14) et le déséquilibre (voir, pour quelques pistes d’analyses de celui-ci, les indications notées dans les colonnes « Remarques » du tableau ci-dessous).

Structure de la Chambre dorée. Claire Sicard, tous droits réservés.

3. v. 513-688 : Articulation à l’Histoire

(se passe toujours sous le regard de Dieu : cf. v. 561, 579).

a. v. 513-526 : référence à la mercuriale du 15 juin 1559 (voir cet article)
b. v. 527-560 : l’Inquisition, « abrégé d’enfer » (536)
c. v. 561-612 : Histoire espagnole et élargissement européen – le venin espagnol gagne toute l’Europe
d. v. 613-645 : Supplices publics offerts en spectacle au peuple
e. v. 645-673 : Les témoins-martyrs, à la prière muette, s’élèvent vers Dieu
f. v. 674-688 : Adresse directe aux juges

III. Le triomphe de Thémis (v. 689-1001)

Apothéose. Association de références mythologiques (couple Thémis – 689 sq. – Némésis – 865 sq.), bibliques et historiques (perspective largement diachronique). Retour de la Justice annoncé pour l’avenir, sur le mode de la prophétie.

  1. v. 688-705 : Ouverture.

Le style biblique permet d’évoquer la mutation du peuple. Annonce du triomphe de Thémis où le mythe se mêle d’emblée à la Bible et à l’Histoire.

  1. v. 705-884 : L’escorte de Thémis en son triomphe.

a. v. 705-844 : Une procession universelle.

i.     v. 705-736 : références bibliques (Moïse, Samuel, David, Salomon, Josaphat, Ézéchiel ; Josias, Nehemias, Esdras, Daniel).
ii.     v. 737-768 : références à l’Histoire antique.

        • v. 737-750 : Antiquité grecque (Aristide, Agesilas de Sparte, Ochus l’Egyptien, Tomiris, Crésus, Crasus, Solon, Cyrus, Assuère, Agatocle).
        • v. 751-768 : Antiquité romaine (Caton, Manlius, Fabrice, Auguste, Brutus, Scipion, Pompée, Fabius, Justinian, Antonin, Sévère, Adrian, Trajan).

iii.     v. 769-780 : références à l’Histoire française (Charlemagne, les Saliens).
iv.     v. 781-820 : références à l’actualité. Perspective géographique élargie (juge d’Alsace, duc de Bourgogne, nation des Alpes, Sforza, Venise, Melphe…).
v.     v. 821-844 : vision panoramique de cette « troupe de retraite », qui unifie les textes et les temps. Références en particulier aux anonymes martyrs.

b. v. 845-858 : Arrivée du grand Juge, Dieu.
c. v. 859-864 : Retour sur la troupe où l’on distingue des contemporains (protestants) qui sont nommés.
d. v. 865-884 : Némésis contre les juges. Victimes protestantes nommées (876-878).

  1. v. 885-954 : Thémis sur son char écrase l’injustice et le mal

a. v. 885-888 : Transition guidant le regard de l’escorte vers l’héroïne en marche

b. v. 889-928 : Le chariot de Thémis écrase les monstres d’Ubris (ancien titre de La Chambre dorée)

c. v. 929-954 : Renforcement de la perspective historique. Mention des lieux de fuite pour les coupables pourchassés. Mention des lieux où ne saurait s’aventurer les catholiques dépravés (géographie huguenote). Transition entre les points 3. et 4.

  1. v. 955-1000 : Un modèle dans l’Histoire, l’éloge de la reine Élisabeth. Noter que la licorne (914, 976) est commune à Thémis et à Élisabeth. En fin de passage, la dimension biblique opère une transition avec la conclusion.

Conclusion (v. 1001-1062)

  1. v. 1001-1026 : Adresse aux persécuteurs
  2. v. 1027-1046 : Adresse à Dieu
  3. v. 1047-1062 : Leçon et prière qui unit David et les protestants, tendus vers l’apocalypse annoncée. Prépare les deux livres suivants, Feux et Fers.

Pour citer cet article : Claire Sicard, "Étude de la structure de “La Chambre dorée”, livre III des Tragiques d’Agrippa d’Aubigné [2014]," Le Marquetis de Claire Sicard, 4 avril 2021, https://clairesicard.hypotheses.org/437, article consulté le 30 novembre 2021.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search