Corpus : Le sonnet dans tous ses états (XIXe-XXe siècles) [2016]

Groupement de textes établi pour des classes de lycée en 2016.

Genre répondant à des règles strictes (voir la fiche « focus sur le sonnet« ), très en vogue dans la poésie française de la Renaissance, le sonnet a également été adopté par certains auteurs du XIXe siècle et du XXe siècle. Mais certains d’entre eux se sont amusés à en malmener la forme. Ce sont quelques-uns de ces poèmes qui sont réunis ici.

Nicolas Poussin, L’Inspiration du poète, 1629-1630, Musée du Louvre [Source : Gallica].


Une forme parodiée

Pour commencer voici trois sonnets de Charles Baudelaire dans le recueil Les Fleurs du Mal (1857) et, en regard, la réécriture qu’en a proposé Georges Pérec dans La Disparition (1969) sous le titre « Trois chansons par un fils adoptif du Commandant Aupick ». Ici, Pérec augmente le niveau de la contrainte formelle en s’interdisant l’emploi de la lettre E, la plus utilisée en français. C’est ce qu’on appelle un lipogramme. En revanche, il prend quelques libertés prosodiques, par exemple sur les rimes, pour lesquelles on remarquera que Baudelaire avait déjà assoupli les règles originelles.

Baudelaire, « Les Chats », Les Fleurs du Mal.

Les amoureux fervents et les savants austères
Aiment également, dans leur mûre saison,
Les chats puissants et doux, orgueil de la maison,
Qui comme eux sont frileux et comme eux sédentaires.

Amis de la science et de la volupté,
Ils cherchent le silence et l’horreur des ténèbres;
L’Erèbe les eût pris pour ses coursiers funèbres,
S’ils pouvaient au servage incliner leur fierté.

Ils prennent en songeant les nobles attitudes
Des grands sphinx allongés au fond des solitudes,
Qui semblent s’endormir dans un rêve sans fin;

Leurs reins féconds sont pleins d’étincelles magiques,
Et des parcelles d’or, ainsi qu’un sable fin,
Etoilent vaguement leurs prunelles mystiques.

Pérec, « Nos Chats », La Disparition.

Amants brûlants d’amour, Savants aux pouls glaciaux
Nous aimons tout autant dans nos saisons du jour
Nos chats puissants mais doux, honorant nos tripots
Qui, sans nous, ont trop froid, nonobstant nos amours.

Ami du Gai Savoir, ami du doux plaisir
Un chat va sans un bruit dans un coin tout obscur
Oh Styx, tu l’aurais pris pour ton poulain futur
Si tu avais, Pluton, aux Sclavons pu l’offrir!

Il a, tout vacillant, la station d’un hautain
Mais grand sphinx somnolant au fond du Sahara
Qui paraît s’assoupir dans un oubli sans fin:

Son dos frôlant produit un influx angora
Ainsi qu’un gros diamant pur, l’or surgit, scintillant
Dans son voir nictitant divin, puis triomphant

Baudelaire – « Correspondances », Les Fleurs du mal.

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L’homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l’observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
Et d’autres, corrompus, riches et triomphants,

Ayant l’expansion des choses infinies,
Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens
Qui chantent les transports de l’esprit et des sens.

Pérec – « Accords », La Disparition.

Sois, Cosmos, un palais où un vivant support
A parfois fait sortir un propos tout abscons
Un passant y croisait la Symbolisation
Qui voyait dans un bois un son au fond du cor.

Ainsi qu’un long tambour qui au loin s’y confond
Dans un profond magma obscurci mais global,
Massif où la nuit voit l’attrait d’un abyssal
Jouxtant irisations, parfums corruscants, sons.

Il y a un parfum mimant la chair du faon,
Doux ainsi qu’un hautbois, clair ainsi qu’un gazon
Puis l’air d’un corrompu, d’un pourri triomphant

Ayant l’impulsion d’un tissu d’infin
Ainsi qu’un romarin, un iris, un jasmin
Qui chantait nos transports dans l’Amour ou l’Instinct.

 

Baudelaire – « Recueillement », Les Fleurs du Mal.

Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.
Tu réclamais le Soir; il descend; le voici:
Une atmosphère obscure enveloppe la ville,
Aux uns portant la paix, aux autres le souci.

Pendant que des mortels la multitude vile,
Sous le fouet du Plaisir, ce bourreau sans merci,
Va cueillir des remords dans la fête servile,
Ma Douleur, donne-moi la main; viens par ici,

Loin d’eux. Vois se pencher les défuntes Années,
Sur les balcons du ciel, en robes surannées;
Surgir du fond des eaux le Regret souriant;

Le Soleil moribond s’endormir sous une arche,
Et, comme un long linceul traînant à l’Orient,
Entends, ma chère, entends la douce nuit qui marche.

Pérec, « Sois soumis, mon chagrin », La Disparition.

Sois soumis, mon chagrin, puis dans ton coin sois sourd.
Tu la voulais la nuit, la voilà, la voici :
Un air tout obscurci a chu sur nos faubourgs,
Ici portant la paix, là-bas donnant souci.

Tandis qu’un vil magma d’humains, oh, trop banals,
Sous l’aiguillon Plaisir, guillotin sans amour,
Va puisant son poison aux puants carnavals,
Mon chagrin, saisis-moi la main; là, pour toujours,

Loin d’ici. Vois s’offrir sur un balcon d’oubli,
Aux habits pourrissants, nos ans qui sont partis;
Surgir du fond marin un guignon souriant;

Apollon moribond s’assoupir sous un arc,
Puis ainsi qu’un drap noir traînant au clair ponant,
Ouïs, Amour, ouïs la Nuit qui sourd du parc.

Des concetti particulièrement soignés

L’importance accordée au dernier vers des sonnets a toujours été soulignée. Certains poètes du XXe siècle s’en amusent.

Georges Fourest, La Négresse blonde, 1909
(parodie du Cid).Le palais de Gormaz, comte et gobernador,

Est en deuil : pour jamais dort couché sous la pierre
L’hidalgo dont le sang a rougi la rapière
De Rodrigue appelé le Cid Campeador.Le soir tombe. Invoquant les deux saints Paul et Pierre
Chimène, en voiles noirs, s’accoude au mirador
Et ses yeux dont les pleurs ont brûlé la paupière
Regardent, sans rien voir, mourir le soleil d’or…Mais un éclair soudain fulgure en sa prunelle :
Sur la place Rodrigue est debout devant elle !
Impassible et hautain, drapé dans sa capa,Le héros meurtrier à pas lents se promène :
« Dieu ! » soupire à part la plaintive Chimène,
« Qu’il est joli garçon l’assassin de Papa ! »
Jean Pellerin, Les Soirées de Paris, n°17, 1912.

 

Manger le pianiste ? Entrer dans le Pleyel?
Que va faire la dame énorme ? L’on murmure…
Elle racle sa gorge et bombe son armure:
La dame va chanter. Un oeil fixant le ciel

L’autre suit le papier, secours artificiel-
Elle chante. Mais quoi ? Le printemps ? La ramure?
Ses rancoeurs d’incomprise et de femme trop mûre?
Qu’importe ! C’est très beau, très long, substantiel.

La note de la fin monte, s’assied, s’impose.
Le buffet se prépare aux assauts de la pause.
« Après, le concerto ?… – Mais oui, deux clavecins ».

Des applaudissements à la dame bien sage…
Et l’on n’entendra pas le bruit que font les seins
Clapotant dans la vasque immense du corsage.

Et si on renversait le sonnet ?

Deux quatrains, deux tercets (ou un sizain)… et si on retournait tout ça ? Au XIXe siècle, Baudelaire ou Corbière l’ont fait, tout en raccourcissant le mètre habituel du genre (octosyllabes plutôt qu’alexandrins ou décasyllabes) et en transformant la disposition des rimes, ce qui achève de bouleverser le rythme ordinaire du sonnet.

Baudelaire – « Bien loin d’ici » (1864).

C’est ici la case sacrée
Où cette fille très parée,
Tranquille et toujours préparée,

D’une main éventant ses seins,
Et son coude dans les coussins,
Ecoute pleurer les bassins ;

C’est la chambre de Dorothée.
– La brise et l’eau chantent au loin
Leur chanson de sanglots heurtée
Pour bercer cette enfant gâtée.

Du haut en bas, avec grand soin,
Sa peau délicate est frottée
D’huile odorante et de benjoin.
– Des fleurs se pâment dans un coin.

 

Corbière – « Le crapaud », Les Amours jaunes (1873).

Un chant dans une nuit sans air…
La lune plaque en métal clair
Les découpures du vert sombre.

… Un chant ; comme un écho, tout vif
Enterré, là, sous le massif…
– Ca se tait : Viens, c’est là, dans l’ombre…

– Un crapaud ! – Pourquoi cette peur,
Près de moi, ton soldat fidèle !
Vois-le, poète tondu, sans aile,
Rossignol de la boue… – Horreur ! –

… Il chante. – Horreur !! – Horreur pourquoi ?
Vois-tu pas son oeil de lumière…
Non : il s’en va, froid, sous sa pierre.
…………………………………………………………..
Bonsoir – ce crapaud-là c’est moi.

(Ce soir, 20 juillet)

Et si on l’écartelait ?

Dans un sonnet, il y a 14 vers – enfin, à peu près…

A. 14 + 1

Dans le poème ci-dessous (colonne de gauche), Apollinaire a volontairement brisé le cadre strict du sonnet pour parvenir à une structure impaire disposée ainsi : 7 – 5 – 3. Mais comme il néglige la ponctuation et l’isométrie (choix d’un mètre unique), il suffit de réunir d’abord les vers 2 et 3, séparés pour suggérer plus de lenteur. On peut ensuite trouver un système de rimes à l’ensemble du poème – même si ce n’est pas celui qui est traditionnellement adopté dans un sonnet à l’ensemble du poème : aa bb aa bb cc dd aa. Il est alors possible de reconstituer la structure de sonnet qui sous-tend « Les Colchiques » même si ce n’est pas immédiatement perceptible (recomposition dans la colonne de gauche).

Apollinaire – « Les Colchiques », Alcools (1913).

Le pré est vénéneux mais joli en automne
Les vaches y paissant
Lentement s’empoisonnent
Le colchique couleur de cerne et de lilas
Y fleurit tes yeux sont comme cette fleur-là
Violâtres comme leur cerne et comme cet automne
Et ma vie pour tes yeux lentement s’empoisonne

Les enfants de l’école viennent avec fracas
Vêtus de hoquetons et jouant de l’harmonica
Ils cueillent les colchiques qui sont comme des mères
Filles de leurs filles et sont couleur de tes paupières
Qui battent comme les fleurs battent au vent dément

Le gardien du troupeau chante tout doucement
Tandis que lentes et meuglant les vaches abandonnent
Pour toujours ce grand pré mal fleuri par l’automne

Le même texte, présenté comme un sonnet

Le pré est vénéneux mais joli en automne
Les vaches y paissant lentement s’empoisonnent
Le colchique couleur de cerne et de lilas
Y fleurit tes yeux sont comme cette fleur-là

Violâtres comme leur cerne et comme cet automne
Et ma vie pour tes yeux lentement s’empoisonne
Les enfants de l’école viennent avec fracas
Vêtus de hoquetons et jouant de l’harmonica

Ils cueillent les colchiques qui sont comme des mères
Filles de leurs filles et sont couleur de tes paupières
Qui battent comme les fleurs battent au vent dément

Le gardien du troupeau chante tout doucement
Tandis que lentes et meuglant les vaches abandonnent
Pour toujours ce grand pré mal fleuri par l’automne

B. 14 -1

Ajouter un vers d’accord, mais on peut aussi en retirer un – et même théoriser qu’ainsi amputé le texte puisse tout de même rester un sonnet.

François Le Lionnais – « L’unique sonnet de treize vers et pourquoi* (*Après adoption d’un quatorzième vers, le titre deviendra : Sonnet de quatorze vers) » (1973).

Les mots nouveaux me donnent de la tablature,
Ils ne figurent pas au Larousse illustré
Et bien souvent je suis quelque peu étonné
Par ceux-ci, dont l’aspect semble contre nature :

Arnalducien, bensilloscope, bergissime,
Blavièrement, braffortomane, duchater,
Lattissoir, lescurophage, queneautiser,
Quevaloïde, schmidtineux, à quoi ça rime ?

Mais il est parmi tous un mot imprononçable,
Sous un parler rugueux son sens est délectable,
C’est le mot : oulichnblkrtssfrllnns.

J’eus tort de faire appel à lui pour un sonnet
Car je ne trouve pas de rime à frllnns.

 

Pour aller plus loin, voir ce blog de l’Oulipo.


Pour citer cet article : Claire Sicard, "Corpus : Le sonnet dans tous ses états (XIXe-XXe siècles) [2016]," Le Marquetis de Claire Sicard, 4 avril 2021, https://clairesicard.hypotheses.org/377, article consulté le 16 octobre 2021.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search