Montesquieu, Les Lettres persanes (1721) [2015]

Note d’introduction à destination de classes de lycée élaborée en 2015.

Page de titre de l’édition princeps des Lettres persanes,
Amsterdam, Pierre Brunel, 1721. [Source : Gallica].

L’ouvrage des Lettres persanes de Montesquieu est un roman épistolaireIl présente la correspondance (entre eux ou avec d’autres parents et amis) de Rica, jeune homme pétillant, et d’Usbek, plus âgé et – en apparence tout au moins – plus sage. Tous deux ont été conduits, de plus ou moins bon gré, à quitter la Perse dont ils sont originaires (approximativement le territoire de l’Iran actuel) pour entreprendre un voyage de plusieurs années vers l’Ouest, qui les mène à Paris, après un passage par l’Italie.

Le roman est écrit entre 1717 et 1720, alors que Montesquieu a une trentaine d’années, qu’il est déjà Président du Parlement de Bordeaux mais, surtout, deux ans après la mort du monarque absolu Louis XIV. C’est important parce que la période est à un relâchement (très relatif) de la censure. On note également que le temps de l’histoire (ce que vivent les personnages) est antérieur de quelques années au temps de l’écriture de l’histoire, puisque les Persans sont en France depuis déjà quelques temps quand survient la mort du vieux Roi, et qu’ils la racontent.

Les Lettres persanes sont publiées en 1721 aux Pays Bas (Amsterdam), sans nom d’auteur. Montesquieu, cependant, se voit rapidement attribuer l’ouvrage. Cet anonymat était le seul moyen de se permettre une critique aussi vive de la société française. Elle n’aurait pas été autorisée si Montesquieu, noble et magistrat, avait endossé explicitement la « paternité » de son écrit. On tolère en revanche qu’il place des critiques de la société française dans la bouche d’étrangers.

De fait, même si un nombre important de lettres est consacré à ce que l’on a nommé « l’intrigue du harem » (ce qui se passe dans la vie des femmes d’Usbek et de l’eunuque chargé de les garder pendant le très long voyage d’Usbek),  contrairement à de nombreux ouvrages relevant du genre épistolaire les Lettres persanes ne constituent pas un roman sentimental. En ce sens, il se démarque par exemple de Julie ou la Nouvelle Héloïse de Rousseau (1761), par exemple ou des Liaisons dangereuses de Laclos (1782) et ne s’inscrit pas vraiment dans la lignée des héroïdes antiques.

Ce qui est en revanche capital et avec quoi Montesquieu joue beaucoup, c’est la question de l’authenticité prétendue des correspondances publiées : comme un chat avec une souris, il met en place un jeu entre réalité et fiction souvent caractéristique des romans du XVIIIe siècle et des romans épistolaires en particulier. De fait, c’est bien un récit fictif, mais Montesquieu joue à lui donner des airs de réalité. Ainsi, dans la préface, il met en place la fiction des modalités supposées de la découverte de cette correspondance, dont il se prétend le simple éditeur, et non l’auteur. Son rôle se limiterait à avoir trouvé une malle qui aurait contenu toutes ces lettres, à en assurer la traduction et la diffusion publique.

Il veille également aux effets de réels au sein des lettres elles-mêmes en donnant à ses personnages un style et des expressions  qui passent pour « asiatiques » aux yeux de ses lecteurs européens. Pour donner une couleur locale à ses lettres – en somme pour « faire persan » – Montesquieu date aussi les lettres de ses personnages d’une manière fantaisiste : dans le calendrier qu’il adopte pour son roman (voir annexe ci-dessous), il s’est contenté d’assimiler les mois lunaires persans aux mois solaires du calendrier grégorien, alors que ces deux systèmes ne coïncident pas totalement. Il commence par le mois de « mars » qui originellement ouvrait l’année romaine (c’est encore le cas en France jusqu’au milieu du XVIe siècle, moins de deux siècles avant l’écriture du roman de Montesquieu). Il nomme ce premier mois de son année ainsi trafiquée, entre tradition orientale et tradition occidentale, « Maharram ».

En revanche, il conserve les millésimes chrétiens, plus familiers à ses lecteurs. Mais l’année musulmane ne correspond pas à l’année chrétienne, parce que les 12 mois lunaires de l’année musulmane prennent à chaque cycle un retard de 11 jours sur l’année solaire des Occidentaux. Le calendrier qu’il adopte est donc totalement faux, ce qui confirme qu’on a affaire à une fiction même si un lecteur peu attentif, peu savant ou simplement crédule peut être berné.

Annexe : tableau des correspondances entre les mois chrétiens et musulmans dans les Lettres persanes
Maharram → Mars Rhegeb → Septembre
Saphar → Avril Chahban → Octobre
Rebiab I → Mai Rhamazan → Novembre
Rebiab II → Juin Chalval → Décembre
Gemmadi I → Juillet Zilcadé → Janvier
Gemmadi I → Août Zilhagé → Février

Ce n’est pourtant pas le but de Montesquieu. Il sait bien que, dès la parution de son livre, la plupart de ses lecteurs ont compris que Rica et Usbek n’étaient que des personnages, et non des personnes. Peu lui importe : il ne cherche pas à tromper ses lecteurs, à mettre en place une imposture si bien huilée qu’ils ne pourront n’en être que dupes. Il a plutôt à cœur de mettre en place un dispositif dans lequel le regard porté par de prétendus étrangers sur la France poussera des Français à regarder différemment leurs propres coutumes, leur propre régime politique, leurs propres croyances religieuses et plus largement leur mode de vie. C’est en ce sens que les Lettres persanes s’inscrit dans l’esprit philosophique des Lumières en train de se mettre en place.

Montesquieu profite d’une mode de l’époque et va la développer : en effet, on fait écrire des Chinois, des Indiens… Le choix de la Perse s’impose parce qu’il existe déjà une importante littérature de voyage dans ce pays. On peut par exemple penser au Journal du voyage du Chevalier Chardin en Perse, publié à partir de 1686 et qui connut un grand succès. Pour sa part, et contrairement à Chardin, l’auteur des Lettres persanes n’est jamais allé en Perse. Mais il lit beaucoup. Il prend également son inspiration chez les artistes, notamment dans les sanguines de Watteau ou encore dans les turqueries représentées au théâtre (on peut penser au grand Mammamouchi dans le Bourgeois gentilhomme de Molière).


Parmi les œuvres de fiction antérieures qui l’influencent assurément, on peut aussi penser à L’Espion turc de Jean-Paul Marana, roman épistolaire publié en 1684 en italien, et traduit en français en 1686. Montesquieu possédait cet ouvrage depuis 1717 dans sa bibliothèque, période du début de la rédaction des Lettres persanes. En voici un extrait.

Annexe 2.  Jean-Paul Marana, L’Espion turc, tome II, lettre 34.

Le héros, l’espion turc Méhémet, commente à sa façon les évènements politiques de l’Europe des années  1637 à 1682, dans des lettres qu’il adresse à des correspondants de divers pays.

« … Une troupe de chenilles avides »

A Muhammat Bassa

Les rois de France se sont emparés de tout le sel du royaume, et ils obligent leurs sujets à l’acheter d’eux au prix qu’ils y mettent eux-mêmes[1]. Pour cet effet, ils ont des officiers partout pour le vendre. Et c’est ce qu’on appelle la gabelle. Il semble qu’ils en usent ainsi pour empêcher que leurs sujets ne se corrompent[2], comme s’ils avaient peur qu’ils se pourrissent tout vivants, car il n’y a point d’homme dans leurs Etats qui ne soit obligé d’en prendre la quantité que les officiers du roi lui imposent[3]. Il faut en excepter quelques provinces particulières qui en sont exemptes pour des raisons d’Etat ou parce qu’elles ont traité[4]. Le revenu que le roi tire de cette gabelle monte annuellement à près de trois millions d’écus. Il tire huit millions d’un autre côté de l’impôt qu’il a mis sur les denrées des paysans, outre les impôts particuliers sur la viande, sur le vin et autres marchandises. Cependant, il perd une grande partie de ses revenus en les affermant[5] à ses sujets, ou en les engageant en temps de guerre pour avoir de l’argent comptant. Il n’y a guère moins de trente mille officiers tous employés à la collecte de ces impôts. Les gages de tous ces gens diminuent les revenus de la Couronne de plus de la moitié ; de sorte que de quatre-vingts millions d’écus qu’on arrache tous les ans des peuples, à peine en entre-t-il trente mille dans les coffres du roi.
Tu seras surpris de l’imprudence de ces Infidèles, et condamneras en même temps la tyrannie et l’injustice, qui opprime, pille, et ruine ceux qui leur fournissent tout ce qui st nécessaire à la subsistance humaine, non pour s’enrichir, mais pour enrichir une troupe de chenilles avides ; car on ne saurait donner d’autre nom à ceux qui font la collecte des revenus de cet Etat. Il n’en est pas de même dans le Saint-Empire des Osmans, où la justice a élevé son trône, et où l’oppression n’oserait lever la tête.


[1] Au prix que les rois fixent eux-mêmes.
[2] Ici, au sens propre, « ne se pourrissent », « se gâtent » (comme des aliments).
[3] Chaque sujet est obligé d’acheter la quantité de sel qu’on lui impose.
[4] Ces provinces ont négocié de ne pas être soumises à l’impôt.
[5] Pour percevoir les impôts indirects, le roi les « affermait » à des fermiers généraux, c’est-à-dire leur confiait le soin de les prélever. Ces financiers remettaient d’avance au roi une somme globale puis ils se remboursaient, en prélevant un large bénéfice, en faisant payer les contribuables.

Pour aller plus loin, voir ici le dossier de Gallica.


Pour citer cet article : Claire Sicard, "Montesquieu, Les Lettres persanes (1721) [2015]," Le Marquetis de Claire Sicard, 4 avril 2021, https://clairesicard.hypotheses.org/335, article consulté le 19 avril 2021.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search