Louise Labé aux agrégations de Lettres 2024 – conseils de travail pour l’été

Agrégation 2024. Préparation Tours-Orléans-Poitiers.

[dernière mise à jour : 21 août 2023]

Sommaire de la page
  1. Préalable : entrer dans les textes
  2. Plus encore que pour d’autres œuvres, ne pas perdre de vue la perspective agrégative
  3. Pour préciser l’approche littéraire, quelques lectures complémentaires
  4. Pour se préparer aux épreuves de langue, liste d’outils
  5. Un outil de travail pour toute l’année : la bibliographie d’agrégation de Benedikte Andersson pour la SFDES

Préalable : entrer dans les textes

La première chose à faire est d’acquérir et de lire, crayon en main, l’édition au programme : Labé Louise, Œuvres, éd. Michèle Clément et Michel Jourde, Paris, GF – Flammarion, n° 1641, 2022. Il est capital de disposer de cette (excellente) édition comme édition de base. En particulier, il faut prendre garde à ne pas lui substituer l’édition antérieure parue chez le même éditeur (éd. François Rigolot, 1986, rééditée à plusieurs reprises et encore récemment sous le numéro 413). Dans l’édition retenue par les jurys d’agrégation cette année, le texte est modernisé, ce qui n’est par exemple pas le cas dans l’édition Rigolot. Le volume inscrit au programme bénéficie par ailleurs d’un apparat critique bien plus étoffé (plus de 400 pages contre 300 pour l’édition Rigolot) qui prend en considération les plus récentes recherches sur l’autrice et l’œuvre, puisque l’ouvrage est paru l’an dernier. Le choix de l’édition de travail est donc loin d’être indifférent.

SOS sens littéral : en cas de difficulté de compréhension des textes, il convient d’utiliser bien sûr d’abord les grammaires du moyen français et les dictionnaires indiqués ci-dessous dans l’entrée 4 “Pour se préparer aux épreuves de langue, liste d’outils”. Si toutefois des passages continuent à vous résister, notez-les très précisément : je consacrerai une partie des premières séances du cours à régler ces problèmes de compréhension immédiate.

Vous pouvez également lister (pour l’heure en vrac) les thèmes et motifs récurrents dans les Œuvres, en vous demandant par exemple ce qui pourrait fournir des sujets de leçon à l’agrégation. Vous avez également intérêt à repérer des textes qui vous paraissent importants et qui pourraient selon vous fournir des entrées variées dans le corpus d’étude, par exemple :

  • un passage de l’épître dédicatoire à Clémence de Bourges,
  • un ou deux du Débat de Folie et d’Amour
  • un extrait d’une des élégies
  • un ou deux des sonnets français de Louise Labé

Si vous en avez le temps, vous pouvez commencer pendant l’été à préparer une ou deux de ces explications de texte (sans limite de temps pour commencer – mais sans passer non plus une semaine sur un sonnet). Ce travail précis sur les textes vous entraînera aussi bien à l’épreuve orale d’explication qu’à la dissertation pour laquelle il est nécessaire d’avoir à disposition des exemples très précis et bien maîtrisés.

Sur le plan structurel, vous pouvez aussi commencer à réfléchir à l’organisation des Œuvres, en vue de prendre une vue haute sur l’ouvrage et de saisir des éléments repérables au niveau macro-structurel, dans cet ensemble de prose et de vers qui pourrait à première vue paraître disparate. Vous pouvez également, en faisant ce travail, repérer des extraits qui pourraient donner lieu à l’oral du concours à des études littéraires.

À noter : interrogée par les différents préparateurs du concours, la présidente du jury des agrégations externe et concours spécial de Lettres Modernes a confirmé qu’il n’y avait pas de restriction du programme (contrairement à ce qui s’était produit en 2005 où il était clairement stipulé que seuls le Débat de Folie et d’Amour, les élégies et les sonnets de Louise Labé faisaient partie du corpus d’étude) mais que la guirlande finale de textes intitulée “Écrits de divers poètes” (sur laquelle nous aurons l’occasion de revenir en cours) ferait l’objet d’un traitement particulier. Ces textes devront être connus des candidats, qui pourront les évoquer dans le cadre d’une dissertation ou d’une leçon (sans pour autant leur donner une place prépondérante, le cœur de l’étude devant toujours porter sur les œuvres de Louise Labé), mais ils ne donneront lieu à l’oral ni à des explications de texte, ni à des sujets d’étude littéraire. En revanche l’épître dédicatoire à Clémence de Bourges fait pleinement partie du programme pour cette session et n’est donc pas soumise à ce type de restriction. Attention : s’il est probable que cette même politique sera adoptée par les autres jurys d’agrégation (Classiques externe et interne, Grammaire, et Modernes interne), il faut tout de même attendre une confirmation de leur part pour en avoir le cœur net. J’indiquerai ce que j’en aurai appris à la rentrée.

[MAJ. 23 juin : les représentants de la Société Française des Études Seiziémistes font savoir aux préparateurs que “suite à une concertation entre le bureau de la SFDES et les différent(e)s président(e)s des jurys d’agrégation […] seules les pièces au programme signées par Louise Labé sont au programme : les textes qui accompagnent son œuvre constituent un objet de connaissance intéressant, mais ils ne feront pas l’objet d’une interrogation spécifique de la part du jury”. Les précédentes observations s’en trouvent donc corroborées].

Retour en haut de la page


Plus encore que pour d’autres œuvres : ne pas perdre de vue la perspective agrégative

Depuis 2006 et la publication d’un ouvrage de Mireille Huchon intitulé Louise Labé, une créature de papier, la question de savoir si Louise Labé était bien l’autrice de ses œuvres a été posée et a fait couler beaucoup d’encre. Un agrégatif ne peut bien sûr ignorer cette querelle récente et il en sera d’ailleurs question dans notre cours d’introduction. Néanmoins, cette question d’attribution et ses développements biographiques ne sont pas centraux dans la perspective de l’agrégation. De fait, il ne s’agit pas d’un concours d’érudition où l’on attendrait des candidats qu’ils aient accumulé durant leur préparation des connaissances historiques sur les auteurs au programme et/ou qu’ils soient en mesure de présenter un état de l’art sur la biographie des auteurs ou sur les subtilités des modes de diffusion de leurs œuvres, par exemple. Le concours invite bien plutôt les candidats à lire et à analyser de façon personnelle les œuvres littéraires proposées à l’étude. Cette ligne directrice, qui met en avant l’approche et la méthode littéraires, doit donc prédominer, en particulier dans ce premier moment de découverte des textes durant le printemps et l’été. La question de l’auctorialité et la cohorte de questions subalternes sur une supposée “écriture féminine”, par exemple, ne doivent nullement l’occulter. Ce qui importe, ce sont les textes (et notamment, bien sûr, le traitement littéraire qu’ils offrent du féminin) : il convient de ne pas le perdre de vue.

Retour en haut de la page


Pour préciser l’approche littéraire, quelques lectures complémentaires

Michèle Clément et Michel Jourde, les responsables de l’édition au programme, sont par ailleurs les auteurs d’un site associé à cette publication papier, site intitulé Que sait-on des Euvres de Loïze Labé Lionnoize (1555) ?  Il est libre d’accès et, après une première lecture des Œuvres, il est bienvenu de le fréquenter assidument, car c’est une mine.

J’indiquerai ici dans le courant de l’été, à l’occasion de mises à jour de cette page un nombre raisonnable de lectures supplémentaires possibles.

Bibliographie primaire (textes)
Bibliographie secondaire (critiques)

Retour en haut de la page


Pour se préparer aux épreuves de langue, liste d’outils

Rappel : le programme de l’épreuve écrite de grammaire à l’agrégation externe de Lettres Modernes est limité aux trois premiers discours du Débat de Folie et d’Amour, p. 69-87 et aux sonnets 2 à 24, p. 179-208 de l’édition Clément|Jourde, 2022.

Langue française du XVIe siècle
  • Fragonard Marie-Madeleine et Kotler Éliane, Introduction à la langue du XVIe siècle, Paris, Nathan, 1994.
  • Huchon Mireille, Le français de la Renaissance, Paris, PUF, “Que sais-je”, 1998.
  • Lardon Sabine et Thomine Marie-Claire, Grammaire du français de la Renaissance. Étude morphosyntaxique, Paris, Classiques Garnier, 2009. [Consultable gratuitement en ligne par le biais de la BU de Tours]
  • Marchello-Nizia Christiane, La langue française aux XIVe et XVe siècles, Paris, Nathan, 1997.
Usuels – Dictionnaires en ligne

Retour en haut de la page


Un outil de travail pour toute l’année : la bibliographie d’agrégation de Benedikte Andersson pour la SFDES

Retour en haut de la page



Citer ce billet
Claire Sicard (2023, 20 juin). Louise Labé aux agrégations de Lettres 2024 – conseils de travail pour l’été. Le Marquetis de Claire Sicard. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mv38

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search