Pour un usage éclairé de la base Scripta Manent

Note du 23 avril 2023. Ce texte est celui qui figurera sur la page d’accueil de la base de données Scripta Manent qui sera publiée dans les prochaines semaines.


L’essentiel à grands traits

Scripta Manent est une base de données conçue sous Heurist qui met en relation des livres et des personnes en France pour la période 1530-1560. Son premier but est d’indiquer qui parle à/de qui dans les ouvrages imprimés de la période. Son état est évolutif et les données qui y sont présentées valent pour ce qui a déjà été collecté, vérifié et renseigné dans la base au moment de la consultation : les résultats de recherche peuvent donc ne pas être complets et doivent être pris pour ce qu’ils sont – le reflet à un instant t d’un recensement effectué dans les limites d’un cadre dont les principes sont précisés par les différentes textes explicatifs consultables à partir de cette page d’accueil.

Ce site constitue une forme de publication de travaux de recherche qui, toute numérique qu’elle soit, doit être considérée comme le serait un catalogue imprimé, dans le respect des auteurs qui en assurent la conception et la rédaction, Claire Sicard et Pascal Joubaud : utilisées dans le cadre d’autres travaux de recherche, ses notices doivent donc être explicitement citées, sous la forme d’une référence bibliographique précise et claire, permettant à qui le souhaiterait de retrouver aisément la page concernée.

2013-2023 : d’une base de thèse à une base publique

Le projet est issu du travail préparatoire de Claire Sicard pour sa thèse, Poésie et rapports sociaux autour de la Cour de France (1538-1560), soutenue à l’Université Paris-Diderot (aujourd’hui Paris-Cité) sous la direction de Jean Vignes en 2013. Le but était alors de reconstituer les réseaux – réels, fantasmés, réinventés – et les milieux dans lesquels évoluent les poètes imprimés en France dans la période considérée, en repérant les pairs et les protecteurs que les auteurs désignent ou auxquels ils s’adressent dans leurs textes. Le fichier initial cataloguait prioritairement les noms figurant explicitement

  • d’une part dans les œuvres poétiques et dans leurs pièces d’escorte (que celles-ci soient en prose ou en vers),
  • et d’autre part dans les poèmes accompagnant la publication d’œuvres en prose.

Le postulat de départ était que la diffusion imprimée, autrement ou davantage que la circulation manuscrite, pouvait correspondre à une mise en scène des relations sociales à l’usage de tiers, tout autant qu’à la fixation, à une date donnée, d’un état, réel ou rêvé voire arrangé, du réseau de sociabilité de ces auteurs.

Depuis, l’empan chronologique de la base a été étendu – pour l’instant aux années 1530-1560. Sont désormais pris en considération les noms de personnes de l’entourage des auteurs (parents, voisins, amis, condisciples, etc., même s’ils ne sont pas auteurs et/ou puissants eux-mêmes), de même que ceux d’auteurs renommés du XVe siècle. Les références plus allusives (évocation) sont à présent cataloguées. Plusieurs œuvres en prose, qui n’étaient jusque-là retenues que parce qu’elles étaient escortées de pièces de vers, ont été intégralement dépouillées et traitées pour elles-mêmes. Certaines autres, publiées avec des liminaires et/ou post-liminaires en prose, ont été intégrées dès lors qu’elles comportent des références à des contemporains. Par rapport à la base initiale, un intérêt renforcé pour l’histoire du livre et la bibliographie matérielle permet de mettre plus aisément au jour des réseaux d’atelier, autour d’imprimeurs et de libraires.

Tous ces partis pris qui ont élargi et infléchi le projet initial ont un point commun : il s’agit de traquer dans ces textes publiés il y a un demi-millénaire, au cours du premier siècle de l’imprimé français, la présence de contemporains de l’auteur, ou à la rigueur de personnes d’une génération antérieure dès lors qu’elles constituent des références historiques et/ou culturelles signifiantes. C’est ce qui a conduit à adopter, en guise de nom et de programme de la base, la locution latine « Scripta Manent » : « les écrits restent ».

Des données toujours en cours d’enrichissement

Au moment où nous mettons en ligne Scripta Manent (printemps 2023), le tiers environ des données de la base de thèse initiale, reprises et déjà copieusement enrichies, ont été versées dans la base publique. Même lorsque cette conversion sera achevée, les données du catalogue ainsi établi ne seront toujours pas exhaustives. Elles continueront donc à être régulièrement complétées,

  • soit par l’ajout de nouvelles fiches,
  • soit par l’enrichissement des notices déjà publiées.

Afin que les utilisateurs aient la plus juste idée de l’état des données qu’ils consultent, un statut apparaît au bas de chaque notice et indique l’avancée du travail (voir le détail dans le point Statut des notices). Veuillez noter que, pour les notices de personnes, cette information ne concerne que la partie strictement biographique des fiches (bloc “identité”, encadré d’un liseré de couleur) : même lorsque cette notice est terminée, les relations de la personne considérée avec d’autres intervenants, la liste de ses œuvres, comme celle des textes où elle figure peuvent ne pas être complètes. De fait, les données affichées à ce sujet correspondent seulement à ce qui a été enregistré dans la base au moment de la consultation.

Corpus

Limites temporelles

Initialement fixées à la période allant de 1538 à 1560 (c’est-à-dire, à grands traits, de la publication des Œuvres de Clément Marot à celle des Œuvres de Pierre de Ronsard), les limites temporelles de la base se sont, depuis 2014, ouvertes à des ouvrages publiés dans les premières années de la décennie 1530. Toutefois cette ouverture est encore modeste et les données concernant le début de la période traitée – 1530-1537 – ont été moins systématiquement collectées que celles qui concernent les années suivantes. Dans certaines notices “Œuvre” il peut arriver qu’un commentaire indique sommairement l’existence d’éditions publiées en dehors des limites temporelles de la base (avant 1530 ou après 1560) et auxquelles aucune fiche propre n’est consacrée.

À terme, nous souhaiterions étendre cet empan chronologique. Pour ce faire, et dans un ordre de priorité, les objectifs que nous nous fixons pour les prochaines années sont les suivants :

  1. compléter les publications non encore recensées pour la période 1538-1560
  2. compléter les publications non encore recensées pour la période 1530-1537
  3. ouvrir insensiblement la base aux périodes antérieures, des incunables à 1530
  4. ouvrir insensiblement la base aux dernières décennies du XVIe siècle

Limites géographiques

Scripta Manent concerne exclusivement les publications effectuées dans le royaume de France. Cela signifie que, dès lors qu’elles ont été imprimés par exemple à Anvers, Bâle, ou Genève, mais aussi à Arras, Besançon ou Strasbourg qui ne sont pas françaises à l’époque,  se trouvent a priori exclues de la base :

  • certaines des éditions d’une œuvre faisant pourtant l’objet d’une notice dans la base,
  • certaines œuvres exclusivement diffusées par des imprimés fabriqués hors du royaume, même si ces œuvres ont été écrites par des auteurs identifiés par ailleurs dans la base pour d’autres publications,
  • certains textes qui mentionnent des personnes faisant elles aussi l’objet d’une notice dès lors qu’ils ne figurent que dans des éditions publiées hors de France.

Il s’agit donc d’une limite qui a incontestablement une incidence sur la justesse du réseau esquissé, lequel peut être amputé de développements instructifs, en particulier pour les Réformés. Pour des raisons matérielles de faisabilité, nous n’envisageons cependant pas pour l’heure d’élargir ces limites géographiques. En revanche, dans certaines notices, un commentaire peut tout de même indiquer l’existence de ces publications dépourvues d’entrées spécifiques.

Limites liées au type de livre

Sur le plan des modes de diffusion, il a été décidé – pour des raisons qui tiennent à la fois à l’angle adopté dans le projet initial et à un souci de complémentarité plutôt que de concurrence avec d’autres bases de données existantes ou en cours de développement – de laisser complètement de côté les manuscrits, ce champ étant d’ores et déjà traité par la base Jonas, à laquelle Pascal Joubaud et Claire Sicard contribuent par ailleurs. Pour les textes qui connaissent une diffusion à la fois manuscrite et imprimée, des liens réciproques sont ménagés d’une base à l’autre, dans une perspective d’interopérabilité, afin de faciliter la circulation de l’utilisateur qui souhaiterait suivre le parcours d’un texte, indépendamment du type de support ayant permis sa diffusion.

Le parti a également été pris de ne pas intégrer à ce stade de recueils de musique imprimés à Scripta Manent. Ce choix se justifie d’abord par le fait que les pièces témoignant d’une forme de sociabilité n’y sont pas fréquentes dans la période concernée, mais aussi parce que les textes que l’on y trouve mis en musique sont rarement attribués. Enfin, ceux qui d’aventure peuvent l’être sont parfois déjà fichés, que ce soit

  • dans la base Jonas, pour les cas de textes ayant aussi laissé des traces manuscrites,
  • ou bien dans l’important Catalogue de la chanson française à la Renaissance créé par Annie Cœurdevey et intégré à Ricercar,
  • ou encore dans la base consacrée aux airs que  développe actuellement Alice Tacaille (Trésor des Chansons Françaises (TCF) XVI-XVII, à paraître).

Plus encore qu’au niveau des textes, c’est au niveau des personnes que des liens entre ces différents projets peuvent être établis – auteurs, compositeurs, imprimeurs, libraires voire simples musiciens peuplant en effet le corpus décrit et catalogué par Scripta Manent.

Le cas le plus complexe tient sans doute à ce que l’on peut appeler les polygraphiques imprimés, ces recueils de poésie, généralement sans attribution explicite d’auteurs, qui réunissent en bouquets, Fleurs ou autres Trésors des centaines de pièces souvent courtes, de tonalité amoureuse, grivoise ou parfois satirique, qui sont reprises, complétées et transformées, au gré de rééditions diverses tout au long du siècle au moins. Prenant en considération…

  • les particularités et la complexité de ce mode de diffusion très souple et mobile d’une part,
  • le fait que dans une partie importante de ces recueils aucune sociabilité explicite ne trouve à s’exprimer d’autre part
  • et enfin que le projet des Joyeuses inventions porté par Anne-Réâch-Ngô met au jour, décrit et publie déjà une partie significative de cet ensemble,

il a été décidé de laisser de côté par principe la plupart de ces recueils. Comme pour les manuscrits et Jonas, de simples liens vers les Joyeuses inventions signaleront aux utilisateurs qu’une pièce présente dans un des imprimés recensés dans Scripta Manent se trouve aussi dans l’une des éditions du Trésor. Des exceptions sont toutefois faites à ce principe général pour le cas de polygraphiques imprimés constitués précisément autour d’une circonstance où la sociabilité est centrale et dans lesquels, à ce titre, de nombreuses personnes sont identifiables, tant du côté des auteurs participant au projet, que des protecteurs, pairs, amis ou ennemis qui peuvent y être mentionnés ou évoqués. C’est notamment le cas dans certains tombeaux ou encore certaines publications liées à des querelles, comme celle opposant Marot à Sagon ou encore la querelle des Amyes, par exemple.

En somme, la base Scripta Manent se concentre sur les ouvrages imprimés en France entre les années 1530 et 1560 et qui, pour tout ou partie, relèvent davantage d’un projet d’auteur que d’un projet d’imprimeur.

Critères linguistiques

Si elle rassemble majoritairement des textes écrits en français, la base Scripta Manent intègre également des pièces latines, grecques, italiennes ou même poitevines, par exemple, et ne s’impose aucune restriction linguistique. Cependant, les ouvrages dont l’œuvre principale est écrite en français ont été traités en priorité et si le catalogue décrit d’ores et déjà en détail quelques ouvrages intégralement rédigés dans une autre langue lorsqu’ils présentent un intérêt particulier pour l’étude de la sociabilité poétique du fait de leur auteurs, de leur sujet, des circonstances de leur publication ou de leur thème, ce n’est que dans un second temps que viendront s’ajouter à ce premier ensemble la plupart des œuvres et éditions dans lesquelles ne se trouvent aucun texte français.

Structuration de la base

Tables principales

Pour traiter le corpus ainsi établi, la base Scripta Manent est structurée en six tables principales, diversement mises en relation les unes avec les autres.

  • Une de ces tables rassemble toutes les personnes concernées par les données du cœur de la base (c’est-à-dire hors bibliographie), qu’il s’agisse d’auteurs actifs au XVIe siècle, de protecteurs, de simples membres de l’entourage de l’écrivain, d’un imprimeur, d’un artiste voire d’un auteur antique dont une œuvre est traduite entre 1530 et 1560, par exemple.
  • Une autre est consacrée aux lieux : il s’agit majoritairement de villes, désignées sous leur nom actuel et repérées sur une carte, qui servent à localiser aussi bien le lieu de naissance ou d’activité d’une personne que celui de la production d’une édition. Des noms de régions voire de pays figurent aussi dans la base, également sous leur désignation actuelle. Ces zones ne sont en revanche pas géolocalisées.
  • Les quatre autres tables principales concernent les livres décrits

Scripta Manent rejoint en effet dans sa conception les principes du modèle FRBR (Functional Requirements for Bibliographic Records / Fonctionnalités requises des notices bibliographiques) en opérant sur le plan de la description bibliographique des distinctions qui vont du niveau le plus large et abstrait au niveau le plus fin et concret. Pour la majorité des entrées de la base, la déclinaison se fait d’œuvre à texte en passant par édition.

  • Une œuvre s’entend comme production de l’esprit, indépendamment de sa réalisation matérielle et concrète. Une même œuvre (par exemple Les Amours de Ronsard) peut ainsi connaître plusieurs éditions sous des titres un peu différents, et même être remaniée à l’occasion de ces rééditions : il n’en demeure pas moins qu’on peut continuer à la considérer, par-delà même ces changements circonstanciels, comme une œuvre. Dans Scripta Manent, pour souligner cette dimension abstraite, nous prenons le parti de désigner chaque œuvre par un titre court et modernisé, indépendant des graphies spécifiquement utilisées pour telle ou telle de ses éditions.
  • Une édition  est ici définie comme l’ensemble des exemplaires, tous états confondus d’un même ouvrage paru à une date donnée à l’adresse d’un imprimeur et/ou libraire (parfois de plusieurs, dans le cas d’éditions partagées) et qui actualise une œuvre. L’édition se caractérise par les informations portées sur sa page de titre : un titre long (dont les graphies sont simplement régularisées dans la base : abréviations et ligatures réduites, i/j et u/v dissimilés, accents réintroduits sur les participes et normalisation de l’accentuation pour les homophones grammaticaux ou/où et a/à ), un lieu, un imprimeur/libraire, une date (par exemple Les Amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, et commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques Odes de l’Auteur non encor imprimées, Paris, L’Héritier Catherine (Veuve Maurice de la Porte), 1553).
  • La table des textes permet de descendre au niveau aussi concret que fin du contenu de chaque édition. Pour plus de souplesse et de commodité, nous distinguons dans cette table, deux types de textes :
      • les unités textuelles proprement dites (un sonnet, une épître, un discours…) que nous appelons, dans la terminologie de la base, pièces ; elles constituent la majorité des textes recensés et permettent la description la plus fine et précise possible du contenu des éditions où elles prennent place, comme de la sociabilité (noms des personnes mentionnées, des dédicataires…) qui s’y exprime, par exemple : Muret Marc-Antoine de, Preface de Marc Antoine de Muret sur ses commentaires, À monseigneur Adam Fumée Conseiller du Roi en parlement de Paris [titre], “La perversité de nôtre siecle est si grande, Monseigneur…” [incipit], pièce qui figure dans les liminaires des Amours de 1553 et où Muret s’adresse à Adam Fumée.
      • les sections plus larges, rassemblant plusieurs unités textuelles au sens strict (une série continue de quinze sonnets, un recueil complet de proverbes, une section d’épigrammes…), que nous désignons sous le nom d’ ensembles sont à la fois plus rares (moins de 10% de la table des textes) et plus vagues, mais néanmoins utiles pour éviter un éparpillement délétère : nous les utilisons pour traiter des séries de textes a priori moins centraux dans la perspective du premier objet de la base, le recensement des personnes impliquées. Ainsi, si dans une section de quarante épigrammes, trois seulement ont un destinataire identifié, nous ne consacrons qu’une seule fiche plutôt que quarante à ces textes et précisons simplement quelles sont les épigrammes de cet ensemble qui contiennent ces adresses. C’est également ainsi que sont traités les 218 sonnets du recueil des Amours de 1553 commentés par Marc Antoine Muret, qui constituent une réécriture d’un autre ensemble, celui des 182 sonnets non commentés des Amours de 1552.

La dernière table concernant les livres, celle des  groupes d’œuvres, constitue le niveau le plus ample et le plus abstrait mais, alors que les trois précédents, œuvre, édition et texte, sont systématiquement déclinés pour les ouvrages déjà intégralement traités, cette table est réservée à de rares cas d’œuvres qu’il a paru opportun de rapprocher pour trois types de raisons, bibliographiques ou thématiques :

  • parce qu’elles appartiennent à une même série (par exemple les différents livres d’Amadis),
  • parce qu’elles traduisent tout ou partie de la même œuvre originale (par exemple Les Métamorphoses d’Ovide),
  • parce que, œuvres de circonstance, elles ont été composées à l’occasion du même événement (par exemple les noces de Jeanne d’Albret et d’Antoine de Bourbon en 1549).

Relations

Scripta Manent étant une base de données relationnelle, ses six tables principales sont reliées entre elles à différents niveaux.

La table des lieux est reliée :

  • à celle des personnes pour fournir soit le lieu de naissance d’une personne, soit son lieu d’activité (en particulier pour les artisans du livre)
  • mais aussi à celle des éditions, pour spécifier soit le lieu d’impression soit celui de la signature du privilège.

*

Les quatre tables principales concernant le livre sont surtout reliées entre elles de façon descendante :

  • un groupe d’œuvres est relié aux œuvres qui le composent ;
  • une œuvre est reliée aux différentes éditions qui l’actualisent ;
  • chaque édition se voit rattacher un certains nombre de textes qui en constituent le contenu.

C’est au niveau de la relation entre un texte et une édition spécifique que sont fournies les précisions concernant sa foliotation ou sa pagination, mais aussi son statut dans le livre (par exemple liminaire ou post-liminaire) puisqu’un même texte peut bien sûr figurer dans plusieurs éditions – et le cas échéant à des places différentes. Certaines relations horizontales (d’œuvre à œuvre, d’édition à édition ou de texte à texte) peuvent plus ponctuellement être ménagées, pour traiter certains types de rapprochement entre notices, par exemple dans les cas de traductions ou de réécritures.

*

Sans surprise au vu de l’orientation du projet de Scripta Manent, c’est la table des personnes qui entretient les relations les plus nombreuses et les plus complexes avec les différentes tables du cœur de la base. Elle est reliée à la table des œuvres pour en fournir par exemple les auteurs, traducteurs, auteurs originaux (pour les œuvres traduites) voire les personnes qui en constituent le sujet principal (par exemple Henri II pour le Tumulus Henrici Secundi de Joachim Du Bellay) ; à la table des éditions pour indiquer les imprimeurs, les libraires mais aussi les signataires de privilège ou encore les dédicataires mentionnés au titre d’une édition spécifique. Elle l’est aussi à la table des textes,

  • soit pour en indiquer l’auteur (qui peut, notamment pour les pièces d’escorte, ne pas être le même que celui de l’œuvre principale actualisée dans l’édition particulière où se trouve le texte concerné), par exemple :
    • Saint-Gelais Mellin de [auteur du texte], Sonet en M. de S.G. En faveur de P. de Ronsard [titre du texte], “D’un seul malheur se peut lamenter celle” [incipit du texte] est un texte
    • … figurant dans l’édition publiée à Paris, chez L’Héritier Catherine (Veuve de La Porte) en 1553 sous le titre long Les Amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, et commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques Odes de l’Auteur non encor imprimées
    • … de l’œuvre de Pierre de Ronsard [auteur de l’œuvre], Les Amours [titre court modernisé de l’œuvre].
  • soit pour recenser les personnes destinataires, évoquées ou  mentionnées dans un texte – ainsi, pour reprendre l’exemple précédent :
    • Pierre de Ronsard est (aussi) le destinataire
    • du texte “D’un seul malheur se peut lamenter celle”
    • de Mellin de Saint-Gelais.

La table des personnes est enfin reliée à elle-même pour permettre l’établissement d’une part des réseaux professionnels ou scolaires des individus (Jean-Antoine de Baïf a eu pour maître Jean Dorat) d’autre part de leurs réseaux familiaux (Jean-Antoine de Baïf est le fils de Lazare de Baïf).

Sans fournir au sens strict le modèle conceptuel de données (MCD) de la base, la représentation graphique ci-contre donne, de façon simplifiée, une idée de la façon dont les principales données sont organisées dans Scripta Manent.

Bibliographie

À côté de ce cœur de la base ainsi structuré, nous avons souhaité intégrer une importante bibliographie, à valeur documentaire, recensant les éléments consultés dans le cadre de la rédaction des notices. Il a semblé opérant de ne pas se contenter de renvoyer à ces articles, sites ou ouvrages par le biais d’un simple champ libre renseigné à chaque rédaction de notice, mais plutôt d’en structurer rigoureusement les références, d’une part pour que chaque livre ou article concerné apparaisse sous une forme identique dans toutes les notices qui y renvoient et d’autre part pour que la consultation de la fiche de cette référence bibliographique permette de repérer l’intégralité des notices de la base principale y recourant.

Ce choix a eu pour effet de créer en quelque sorte au sein de Scripta manent une seconde base de données relationnelle, aux marges de la première et structurée sur ses tables propres, dont il est rapidement apparu qu’elle devait rester totalement indépendante de la base principale, y compris pour certaines tables dont on pouvait spontanément penser qu’il était pertinent qu’elles soient mutualisées, singulièrement (mais non exclusivement) celle des personnes. De fait, comme nous ne souhaitions ni que l’auteur d’un article critique publié en 2023 puisse cotoyer dans la table principale des personnes Marguerite de Navarre ou Maurice Scève, ni que des éditions récentes de L’Heptaméron ou de la Délie, utilisées comme outil de travail pour leur apparat critique, se mêlent sans distinction aux éditions de ces œuvres parues au XVIe siècle et qui, elles, font l’objet d’un travail de dépouillement et de description, nous avons pris le parti d’établir une table distincte pour les auteurs de la bibliographie.

L’une des conséquences de ce choix est évidemment que les noms de Maurice Scève ou de Marguerite de Navarre, par exemple, figurent à la fois dans la table principale des personnes (où leur sont rattachées toutes les données concernant le corpus principal) et dans la table des auteurs de la bibliographie (en tant qu’auteurs d’œuvres ayant connu des éditions scientifiques plus récentes).

Méthode

Collecte mais aussi établissement des données

Scripta Manent procède non pas seulement de la concaténation de données déjà établies par ailleurs mais en large partie aussi des travaux de recherche de Claire Sicard, et de Pascal Joubaud. Leur travail est mené en commun, mais Claire Sicard se charge plutôt de ce qui concerne la dimension prosopographique et le dépouillement des textes en vue de mettre au jour les personnes mentionnées, évoquées ou à qui sont adressés ces textes, tandis que les travaux de Pascal Joubaud concernent davantage l’histoire des éditions et la description structurée de leur contenu.

Méthode de traitement des livres

La notice d’une œuvre n’offre que des informations minimales, pour l’essentiel l’auteur et un titre court modernisé. La datation (qui, dans la logique de cette catégorie, ne pourrait référer qu’à la période de composition de l’œuvre et non à son princeps ou aux diverses dates de ses rééditions) n’est pas spécifiée et c’est aussi la raison pour laquelle la recherche par date n’est pas proposée à partir du moteur de recherche “Œuvre”. Le cas échéant des références bibliographiques, concernant non pas une édition ou un texte spécifique mais bien l’œuvre de façon générale, sont intégrées à la notice. Un commentaire peut également fournir des informations sur des éditions repérées et par exemple recensées dans USTC mais non cataloguées dans la base car hors corpus.

Les données concernant les éditions et les textes (recensement des personnes mentionnées compris) le sont majoritairement par consultation directe d’un exemplaire au moins de l’édition concernée. Lorsque cette consultation n’a pas été possible ou qu’il a été nécessaire de la compléter par des éléments issus d’autres catalogues ou de publications scientifiques, les références de ces ressources figurent systématiquement au titre de la bibliographie de la notice. Les éditions réputées perdues ou non localisées ne font pas l’objet de notices propres dans Scripta manent.

Méthode de traitement des personnes

Pour les fiches concernant les personnes, les différentes données (forme des noms, fonctions, éléments biographiques variés etc.) reprennent :

  • d’une part les indications fournies par les textes où figurent ces personnes (graphies du nom, seigneuries, devises, abréviations du nom, fonctions, biographèmes etc.) ;
  • d’autre part des éléments fournis par la consultation d’une bibliographie, de notices d’autorité ou d’archives dont les références figurent dans les fiches.

Concernant en particulier les fourchettes de datation de la naissance ou de la mort des personnes, lorsque ces données ne sont pas précisément établies par des sources ou des références de bibliographie secondaire, elles procèdent d’une extrapolation effectuée à partir des informations à disposition au moment de l’établissement de la notice :

  • date de première publication des textes mentionnant la personne ou s’adressant à la personne manifestement en vie,
  • précisions éventuelles sur son âge dans un texte datable où elle est mentionnée,
  • dates des actes notariés l’impliquant de son vivant ou la présentant comme déjà morte etc.

Plus la fourchette indiquée est large, plus l’incertitude concernant cette information temporelle est grande. Il nous est toutefois apparu qu’il était préférable de disposer de ces intervalles de datation, si amples soient-ils, plutôt que de ne fournir aucune indication chronologique, dans la mesure où, même vagues, ces données suffisent parfois à distinguer des homonymes ou à progresser insensiblement dans la connaissance des individus concernés.

Enfin, nous avons pris le parti de limiter au strict nécessaire les données biographiques concernant les auteurs ou les puissants bien connus par ailleurs mais d’étoffer le plus possible celles qui concernent des personnes moins renommées.

Statut des notices

Principe des statuts de notices

Dans la base Scripta Manent, les fiches relevant des tables “Personne” et, pour les livres, des tables “Œuvre”, “Édition” et “Texte” se voient attribuer un statut indiquant leur degré d’achèvement ainsi que des précisions sur la nature des informations qui y sont recensées. Trois d’entre eux, Terminé, Non consulté et Hors corpus, concernent des notices considérées comme achevées, tandis que trois autres signalent des fiches au contenu jugé encore incomplet : Import non vérifié, En cours, Corpus grec | hébreu.

Pour les tables concernant les livres, le statut indiqué vaut pour l’intégralité de la notice affichée. Veuillez noter en revanche que, pour les personnes, le statut ne concerne que le premier bloc, celui de l’identité. Cela signifie concrètement que le travail consistant à rassembler des informations biographiques peut être considéré comme achevé alors même que le dépouillement (non encore effectué ou non encore transféré) d’ouvrages imprimés permettra d’enrichir la bibliographie de la personne concernée comme celle des œuvres d’autres auteurs l’impliquant. C’est par exemple le cas de la notice Pierre de Ronsard : elle porte le statut “terminé” parce que son bloc “identité” en a été achevé, alors même que toutes les œuvres du poète n’ont pas encore été traitées et que tous les textes mentionnant Ronsard ou s’adressant à lui dans la période n’ont pas été intégrés à la base.

Notices considérées comme achevées

Les notices portant un statut Terminé sont des notices qui ont été intégrées à la base publique, qui ont été complétées autant que possible au moment où elles ont été reprises et pour lesquelles il a été jugé qu’il n’était pas nécessaire d’aller plus loin dans le cadre de Scripta Manent, ce qui ne signifie évidemment pas que les informations produites livrent la totalité de ce qui est actuellement connu à propos de la personne ou de l’ouvrage. Les notices portant ce statut ne sont pas pour autant totalement figées et si, par exemple, un ouvrage critique jusque-là non intégré ou une information sourcée apportée par un utilisateur de la base via le formulaire de contact permet de corriger ou de compléter l’information, ces fiches peuvent être évidemment mises à jour. C’est la raison pour laquelle il est toujours important de dater le moment de sa consultation d’une notice, dans le cadre d’une référence en note de base de page d’un article par exemple. Néanmoins, pour les notices considérées comme terminées, les informations complémentaires qui pourront être ultérieurement intégrées ne viendront modifier le contenu déjà établi qu’à la marge.

Le statut Non consulté n’est employé que pour des notices de la table “Édition”. Comme indiqué dans la partie “Méthode”, les données de la base sont prioritairement issues d’une consultation de première main d’un ou de plusieurs exemplaires des éditions décrites, exemplaires qui ont été consultés soit directement en bibliothèque soit sous une forme numérisée.  Il arrive toutefois que nous n’ayons pas eu la possibilité de suivre cette méthode privilégiée et que nous n’ayons de l’édition concernée et de son contenu qu’une connaissance indirecte, par le biais de catalogues ou de articles critiques dont les références sont systématiquement fournies. Ce sont ces fiches, pour lesquelles nous n’envisageons pas (dans l’immédiat tout au moins) de consulter un exemplaire mais dont nous considérons que les sources de bibliographie secondaire indiquées nous ont permis d’établir une notice aussi fournie que possible, qui portent la mention “non consulté”.

Dans quelques très rares cas, nos travaux menés pour d’autres projets que Scripta Manent nous ont conduits à établir quelques fiches qui excèdent les limites actuelles du corpus de la base, mais qui pourraient ultérieurement trouver leur place dans des développements à venir du projet. Plutôt que de ne pas les publier, nous avons pris le parti de les rendre immédiatement disponibles, en les assortissant du statut Hors corpus, qui rappelle clairement leur caractère légèrement dérogatoire aux principes de la base.

Notices considérées comme incomplètes

Parmi les notices inachevées, certaines portent la mention Import non vérifié. Cette caractérisation indique que la fiche a simplement été transférée sans vérification du fichier de thèse initial à la base de données. En général la notice ne comporte que des informations minimales (nom de personne, titre d’œuvre ou de texte, par exemple). La présence de ce statut indique à l’utilisateur que cet état n’est que provisoire, que la personne, l’œuvre, l’édition ou le texte concernés font bien partie du corpus de la base et que ces notices sont appelées à être traitées ultérieurement.

Les notices En cours sont un peu plus avancées : une partie des données qui y figurent ont été vérifiées ou déjà complétées. Toutefois le travail n’est pas assez avancé pour qu’on puisse le considérer comme terminé et ces fiches ont vocation à beaucoup évoluer au fil du temps.

Enfin, certaines notices de la table “Texte” sont classées comme appartenant au Corpus grec | hébreu. Les textes en question, souvent des pièces d’escorte, ont été référencés, éventuellement décrits à partir de sources secondaires et/ou ont vu leurs titres et leurs incipits en partie transcrits. Toutefois, ne maîtrisant pas ces langues, nous ne sommes pas pour l’instant en mesure d’aller aussi loin dans le traitement de ces notices que pour les autres fiches “texte”. Nous réservons donc ce sous-corpus en attendant de proposer à des collègues compétents de le traiter comme il se doit, pour être en mesure d’en intégrer pleinement les résultats au reste de la base.


À propos de cet article : 

Ce texte est celui qui figure sur la page d’accueil du site Scripta Manent et qui expose le cadre et le principe de cette base de données.

Image à la Une : Alice Nué, “Base de données Scripta Manent, représentation graphique simplifiée”, 2023.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Sicard (23 avril 2023). Pour un usage éclairé de la base Scripta Manent. Le Marquetis de Claire Sicard. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mv36


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search